6 erreurs que commettent les adeptes du yoga à la maison (et comment les corriger)

Meditation at home

Par Kristen Kemp

 

Vous pratiquez régulièrement chez vous ? Nous aussi, et c’est super ! Mais les vidéos de yoga sans l’accompagnement en personne d’un professeur peuvent entraîner une série d’erreurs classiques. Quelques enseignants populaires sur la toile nous confient ce qui peut tourner de travers et nous donnent leurs conseils pour y remédier.

 

Les cours en ligne rendent la pratique du yoga plus commode, plus accessible et plus abordable. Vous choisissez le lieu, le moment, la durée, le style et le niveau de difficulté. La cerise sur le gâteau, outre le bonheur de pouvoir rester en pyjama ? La plupart des services de yoga en streaming coûtent moins de 20 euros par mois.

L’inconvénient, à moins que la caméra ne soit branchée des deux côtés, c’est qu’il n’y a pas d’enseignant pour proposer des suggestions ou des corrections. Nous avons donc demandé à quelques professeurs populaires sur la toile quelles étaient les erreurs les plus répandues parmi les yogis pratiquant chez eux – et comment y remédier.

 

1 – La mauvaise habitude: Comme on se retrouve souvent en Chien tête en bas lors d’une séance de yoga en ligne, il est essentiel d’avoir un alignement impeccable afin de préserver les épaules et le bas du dos sur le long terme. Le Chien tête en bas est souvent décrit comme un V inversé, talons au sol. Une telle définition permet d’adopter rapidement une version basique de la posture, mais peut avoir pour conséquence un écartement trop court, trop ramassé pour permettre une quelconque aisance ou un bon étirement de la colonne.

La solution : Pensez à reculer les pieds et à donner plus d’ampleur à la posture, de sorte à gagner en mobilité dans le bas du dos et à pouvoir ouvrir la poitrine. Ne vous inquiétez pas si vos talons ne touchent plus le tapis. Les tendons d’Achille ont une longueur prédéterminée, que vous risquez de trop étirer, sans retour possible, si vous vous obstinez à vouloir poser les pieds au sol.

 

 

2 – La mauvaise habitude : Certains yogis esquivent les postures qu’ils n’aiment pas. On le fait tous – sauter une posture où y rester moins longtemps parce qu’on la trouve difficile ou qu’on a l’impression de ne pas la faire correctement. On aimerait mieux prendre un équilibre sur les bras à la place (ou notre posture préférée, quelle qu’elle soit). Les élèves écourtent donc la posture, ou continuent à pratiquer malgré un alignement qui est loin d’être optimal.

La solution : Assistez à un cours en personne une fois de temps en temps. Allez à une formation ou à un atelier, afin d’acquérir une connaissance plus en profondeur de la pratique, de votre pratique. Faites-vous des amis yogis avec qui partager vos expériences. Pratiquez ensemble à la maison, avec ou sans guide en ligne.

 

 

3 – La mauvaise habitude : Je dirais que le principal problème des yogis qui pratiquent à la maison est (dans la majorité des cas) qu’il n’y a personne pour vérifier leur alignement. Un cours en ligne peut nous apprendre la forme d’une posture, les mouvements pour y arriver, mais si personne n’est là pour en observer notre version, il est possible qu’on la fasse mal. Un mauvais alignement n’est pas forcément grave dans le cadre d’une simple séance, mais avec le temps, il peut être à l’origine de tensions ou même de blessures.

La solution : Afin de vérifier votre alignement, vous pouvez vous filmer dans la posture ou tout au long de la séance. Mais soyez prévenu : il y peut y avoir quelque chose de traumatisant à se regarder pratiquer. Ce qui nous fait tant de bien peut parfois avoir l’air… beaucoup moins bien. Aussi douloureuse qu’elle soit, cette observation peut être une première étape vers un meilleur alignement. Lorsque vous vous observez, qu’est-ce qui a l’air de clocher ? La jambe est-elle fléchie alors qu’elle devrait être tendue ? Le dos est-il rond là où il devrait être plat ? Corriger ces problèmes prendra du temps, mais au moins, une fois que vous aurez vu ce qu’il y a à faire, vous progresserez dans la bonne direction.

 

 

4 – La mauvaise habitude: Sans aucune hésitation, la mauvaise habitude la plus néfaste – qui est aussi la plus facile à adopter lorsque l’on pratique chez soi ou en voyage – est d’écourter le temps passé dans certaines postures et d’en esquiver d’autres. Bien que de nombreux yogis résistent à quelques postures en particulier ou les éludent, c’est Savasana qui se voit le plus souvent abrégé ! J’ai également observé cette attitude chez plusieurs élèves lorsque je donne un cours ou que je pratique dans un studio : l’un essaiera de quitter la salle plus tôt, l’autre ajoutera une ou deux torsions pour éviter de rester allongé sans bouger pendant cinq à huit minutes. À la maison, il est d’autant plus facile d’écourter une posture, et surtout Savasana, sans que personne ne soit là pour nous faire remarquer que c’est de l’auto-sabotage.

La solution : Le meilleur moyen de vous empêcher d’abréger les postures est de passer un contrat avec vous-même : dès que vous avez envie de sortir d’une posture, restez-y encore le temps d’une longue inspiration et d’une longue expiration. C’est aussi simple que ça. Quant à Savasana, le minuteur de votre téléphone fera tout à fait l’affaire. Ne le placez pas trop près de votre tête, sans quoi le son ou la vibration risque de vous surprendre. Ces deux tactiques vous rappellent qu’il y a une fin à la posture et vous libèrent afin que vous puissiez retirer davantage de votre pratique.

 

 

5 – La mauvaise habitude : La distraction est l’un des plus gros problèmes que l’on rencontre lorsque l’on pratique à la maison. Si notre téléphone est près de nous par exemple, et que l’on reçoit des messages, on risque d’être tenté de les consulter. Il peut aussi être difficile d’empêcher notre esprit de ressasser toutes ces conversations en cours. Une autre grande difficulté est tout bonnement de s’y mettre. Il y a toujours tant de choses à faire à la maison : le ménage, la lessive, ranger les armoires, répondre aux e-mails, faire la vaisselle, ou quoi que ce soit qui n’est pas du yoga.

La solution : Lorsque vous chargez une vidéo pour votre séance de yoga, passez votre téléphone en mode « Ne pas déranger » et déconnectez-vous des applications qui vous envoient des notifications. Oubliez aussi l’idée que votre maison sera parfaite et que vous aurez le temps de tout faire. Acceptez que ne fût-ce que cinq minutes de pratique par jour amélioreront votre qualité de vie. Créer une routine de yoga et y faire participer vos proches vous permettra en outre de vous octroyer l’espace nécessaire. Si vous choisissez de faire votre séance dès le réveil, votre famille s’adaptera. Mais si vous pratiquez à divers moments de la journée, il sera difficile tant pour votre corps que pour vos proches de s’habituer à l’horaire et au programme.

 

 

6 – La mauvaise habitude : Je dois dire que lorsque je rencontre des gens qui ont étudié avec moi sur YogaGlo, je ne remarque qu’une chose : leurs bonnes habitudes ! La majorité des élèves que je suis sur le net ont un alignement exemplaire et sont très patients envers eux-mêmes. Des courants d’énergie limpides traversent leurs postures, et ils y mettent énormément de cœur.

La solution : Pas besoin de solution !

 

© Toutes copies et reproductions interdites, contenu édité et publié par YJ France Media.

Photos : iStock