Accessoires : en avoir ou pas ?

Accessoires : en avoir ou pas ?

Voici quelques conseils pour y répondre.

À l’origine, les yogis n’utilisaient ni briques, ni sangles, ni tapis, ni couvertures. Mais, avec le temps, beaucoup de personnes se sont aperçues que les accessoires pouvaient les aider à s’aligner correctement sans se faire mal, à réussir une posture difficile et, en fin de compte, à aller plus loin.

Chez les yogis d’aujourd’hui, on trouve de tout, depuis les minimalistes (qui boudent mordicus tout accessoire) jusqu’aux partisans de l’abondance (qui voyagent avec une valise pleine à craquer d’accessoires de yoga).

 

Par Claudia Cummins

 

Sthira Sukham Asanam, c’est-à-dire la stabilité et la détente dans la posture, est la première règle de la pratique des asanas.

LES YOGA-SUTRAS DE PATANJALI

 

Savoir pourquoi on les utilise. Ce n’est pas en posant la main sur une brique dans une posture debout juste parce que votre prof vous a dit de le faire que vous allez avancer dans votre pratique. Vous devez vous demander quel est l’intérêt de ce support et l’utiliser en conséquence. Est-ce pour réussir à faire une posture pour laquelle vous n’êtes pas encore suffisamment souple ? Dans ce cas, demandez-vous comment faire, au fil du temps, pour dépendre de moins en moins de cette brique. Il y a certains accessoires qui vous accompagneront tout au long de votre vie de yogi – ce sont peut-être eux qui vous permettront d’explorer le mieux la stabilité et la détente.

 

Être son propre professeur. Servez-vous des signaux que vous envoie votre corps pour imaginer de nouvelles manières d’utiliser des accessoires et améliorer votre pratique. Par exemple, quand vous sentez qu’une zone de votre corps réclame à grand cri un peu de soutien ou de moelleux dans une posture de repos, calez une couverture ou une serviette sous cette zone et observez. Si vous avez besoin d’un coup de pouce pour presser vos jambes dans le sol (dans le Bâton par exemple), essayez de poser des sacs de sable dessus. Si vous avez du mal à toucher le sol dans les postures debout comme la Demi-Lune (Ardha Chandrasana) ou la Pince debout (Uttanasana), demandez-vous si une brique pourrait vous aider à mieux vous étirer en rapprochant le sol de votre main. Et si vos mains ne se touchent pas ou ne touchent pas vos pieds dans des postures comme la Tête de vache (Gomukhasana) ou la Pince (Paschimottanasana), utilisez une sangle pour « allonger » vos bras.

 

Être créatif. Les tapis, couvertures, sangles et briques sont des accessoires de base. Mais si vous partez du principe qu’un accessoire peut être n’importe quel objet susceptible de vous aider à mieux faire une posture, votre horizon s’ouvre considérablement. Mur, table, ballon, livre, chaussette, cravate et, pourquoi pas, la main d’un ami deviendront autant d’accessoires à utiliser dans le cadre de votre pratique.

 

Pratiquer le détachement. Le yoga nous enseigne la souplesse et la capacité d’adaptation. Alors ne soyez pas attaché à votre petite collection de « jouets yogiques » au point de ne plus vouloir pratiquer sans eux. Si vous vous en servez régulièrement, fixez-vous une fois de temps en temps de faire sans – sans même votre vieux tapis tout collant. Si, au contraire, vous faites partie des minimalistes, intégrez de temps à autre quelques accessoires et expérimentez. Dans tous les cas, garder un esprit ouvert est le meilleur accessoire de yoga.

 

S’il ne rend pas une posture facile, un accessoire peut la rendre faisable.
Retrouvez les accessoires conseillés par nos professeurs dans : « Le panier du yogi »

http://www.boutiqueyogi.com/magazines/87-yoga-journal-numero-8.html
Très belle journée, Namasté