Arambol, la baie de tous les yogas

Arambol

Par Brigitte Banegas

 

Arrivée dans la nuit à Arambol (Inde), je décide de profiter de mon premier lever de soleil indien. La plage toute proche est magnifique à cette heure-ci ; il est 6h, Arambol s’éveille.

Les rues menant à la plage s’animent doucement. A pied ou en enfield (mythique moto indienne) ils sont nombreux à vouloir assister à l’heure bleue.

Sur la plage bordant l’océan je découvre une communauté yogis pour le moins hétéroclite. On y pratique toute sorte de yoga ou assimilé yoga : beaucoup méditent, d’autres crient, rient en ronde, sautent, rentrent littéralement en transe. Je suis loin d’une mysore classe traditionnelle. Certains pratiquants ont un niveau très avancé. Les tenues sont elles aussi très disparates, du legging classique au string en passant par le sari traditionnel indien. C’est un réel spectacle pour moi qui débarque tout juste de Beziers de voir ces yogis et yoginis s’approprier la plage au milieu des plagistes et des pêcheurs. L’excentricité de certains ne semble pas perturber les locaux. Il est vrai qu’Arambol a un passé hippie. Au fil des heures, soleil aidant, c’est hot yoga pour tout le monde, puis la plage est progressivement laissée aux baigneurs.

Après une spécial classe sur les backs bend, retour dans la baie pour voir le soleil se jeter dans la mer. Il y a toujours quelques pratiquants qui méditent entre les embarquations de pêche, des salutations au soleil baignées dans l’ambiance hippie des jongleurs et autres dompteurs de boules et cerceaux. Le soleil cédant sa place aux décibels des restaurants la plage se vide peu à peu.

L’effet de surprise passé il dégage de cette cité touristique un sentiment de tolérance et de « zénitude » qui ne vous laisse pas indifférent, c’est avec nostalgie que je pars rejoindre ma retraite dans le Kérala bien loin de l’exentrique Arambol.

 

Brigitte Banegas, centre Nusa yoga Beziers

 

Très belle journée, Namaste

© Toutes copies et reproductions interdites, contenu édité et publié par YJ France Media.

Photo : Brigitte Banegas