La colonne thoracique, ce pilier méconnu

Colonne_thoracique

Par Jill Miller,

Environ 80% des Français souffrent de maux de dos à un moment de leur vie. La plupart localisent ces douleurs dans le bas du dos (colonne lombaire) ou au niveau de la nuque (colonne cervicale), mais bien souvent, c’est le haut du dos (colonne thoracique) qui est en cause. Apprenez à le renforcer et à développer sa mobilité grâce à nos conseils.

On parle peu de la colonne thoracique, alors qu’elle constitue littéralement le pilier des poumons et du cœur, entourés de la cage thoracique qui protège ces organes vitaux. Parmi les 70 articulations de la colonne vertébrale, la moitié est située dans la colonne thoracique. Si l’on tient compte des 20 articulations spécialisées supplémentaires (appelées articulations costo-transversaires), qui permettent le mouvement des côtes, on a tôt fait de comprendre que notre colonne thoracique agit en véritable cheval de trait, responsable des deux tiers des mouvements du torse. Il n’est donc pas rare que quelque chose se mette à y tourner de travers.

Malgré le potentiel mobile de la colonne thoracique, la configuration unique du haut du dos ainsi que de la cage thoracique ne permet pas une si grande variété de mouvement que l’on pourrait le croire, et ce afin de protéger les poumons et le cœur : une trop grande mobilité de cette zone pourrait affecter ces organes clés. Qui plus est, les vertèbres de la colonne thoracique s’imbriquent les unes dans les autres et font office de verrou lors des flexions arrière – pour préserver les organes internes, encore une fois.

Ces mécanismes inhibiteurs de mouvements ont toute leur importance. Toutefois, si vous ne disposez pas d’une mobilité suffisante de la colonne thoracique, les articulations les plus mobiles de votre colonne – T12 et L1, la dernière vertèbre de la colonne thoracique et la première de la colonne lombaire – peuvent compenser en devenant hyper mobiles (surtout lors de flexions arrière). Une mobilité insuffisante de la colonne thoracique peut également engendrer une mobilité excessive de la colonne cervicale.

Pour vous prémunir de toute douleur dans la colonne cervicale et dans la colonne lombaire, il est essentiel d’effectuer avec la colonne thoracique des mouvements intelligents et sûrs, afin d’y maintenir force et mobilité et d’éviter qu’elle n’ait besoin de soutien supplémentaire.

 

La respiration en jeu

Une colonne vertébrale en bonne santé est souple et mobile. Dès que l’on cesse d’effectuer un mouvement, les articulations et les tissus se raidissent – et dans le cas du haut du dos, cela peut se traduire par des problèmes respiratoires. Une colonne thoracique immobile à l’excès peut avoir pour conséquence une cage raidie, qui risque à son tour de limiter les aptitudes du diaphragme et des poumons. Puisque la respiration donne accès au système nerveux, on comprend aisément que l’interaction entre le haut du dos et la respiration est cruciale. Elle permet la relaxation, le bien-être, l’harmonie émotionnelle, et la santé du corps dans son ensemble.

 

Découvrez le dossier complet pour accroître la mobilité de votre colonne thoracique dans votre Yoga Journal n°16 disponible en version papier ou digitale.

 

© Toutes copies et reproductions interdites, contenu édité et publié par YJ France Media.