Comment commencer une pratique de Pranayama ?

Group of young people in nadi shodhana pranayama pose

Par Cheyenne Ravarino,

 

Tout d’abord définissons la pratique de Pranayama : C’est, selon les Yoga sutra de Patanjali, le quatrième membre du yoga. « C’est la discipline du souffle au travers de la connaissance et le contrôle du prãna, énergie vitale universelle ». Il s’agit d’une pratique d’exercices respiratoires, plus ou moins complexes, permettant de consciemment maîtriser sa respiration.

Cette partie de la pratique du yoga est bien moins populaire que celle des asanas, dans un monde centré sur le paraître, la maîtrise de son corps rendant bien mieux que celle de sa respiration… Et pourtant les bénéfices qu’on en tire sont réels. On harmonise le flux énergétique dans chacun des organes, cela nous permet entre autres de lutter contre le stress, (voir nous rendre euphorique), diminuer les tensions musculaires, et même améliorer notre sommeil.

Avant de chercher à maitriser sa respiration, il est important de commencer à l’observer, de faire sa connaissance. Mon professeur nous a recommandé de tenir un journal de sa respiration, et je ne saurais trop vous conseiller de faire de même. Soyez votre propre témoin, faites un voyage à l’intérieur de vous-même, allongez-vous, fermez les yeux et observez vos sensations, dans tout le corps, y compris les parties auxquelles on porte finalement peu d’attention comme le dos par exemple.

Notez dans votre journal tout votre ressenti, puis recommencez chaque jour.

Ensuite, une fois bien familiarisé avec son Soi intérieur, on peut passer à l’étape supérieure, qui est celle d’observer sa respiration.

Je recommande de commencer en position allongée pour ne pas ajouter aux fluctuations inévitables de l’esprit, les éventuelles sensations procurées par une posture assise immobile.

 

Observez les qualités de votre souffle : le temps, la texture, l’espace et le repos.

Le temps : C’est la durée de chaque inspiration et expiration. Pour information, on fait à peu près 15 cycles entier par minute, Le temps est facile à mesurer, pendant l’inspiration comptez 1-OM, 2-OM, 3-OM etc… jusqu’à ce qu’elle soit complète, et on fait de même pour l’expiration. Observez, souvent l’expiration est un peu plus longue que l’inspiration, notez vos observations dans votre journal.

Texture : Il s’agit de sentir le mouvement de votre torse alors que l’air entre et sort de votre corps. Comment qualifierez-vous votre souffle, lisse ? rugueux ?… Notez tout cela dans votre cahier.

Espace : Portez votre attention sur l’espace qu’occupe votre souffle dans le corps. Il existe une multitude d’exercices pour cela. Vous pouvez commencer par placer vos mains sur les côtes et les sentir se soulever et s’abaisser, puis faire de même avec les mains sur le ventre, puis au niveau des clavicules.

Observez la différence entre le côté droit et le gauche, et entre l’avant et l’arrière. Prenez toujours notes.

Repos : La respiration est formée de l’inspiration et de l’expiration mais aussi des deux pauses qui se situent après chacune d’entre elles. Chaque pause séparant l’inspiration de l’expiration. Après avoir observé le temps, la texture et l’espace, observez le petit hiatus à la fin de l’inspire pendant quelques minutes, puis passez à l’observation du hiatus à la fin de l’expire.

 

Il est intéressant de tenir un journal car vous vous apercevez que les sensations changent chaque jour.

J’aime particulièrement inclure ces exercices en début de chaque cours, pour recentrer les élèves sur eux-mêmes avant la pratique, un seul suffit.

Si après tout cela vous êtes toujours intéressés par la pratique du Pranayama, je suggère de vous faire superviser par un bon professeur, le chemin est long mais fascinant.

Même si cette pratique semble encore une fois moins glamour que celles des asanas, je vous promets des bénéfices non négligeables, alors n’hésitez plus.

 

Professeur de yoga à Monaco et dans le Sud-Est de la France, Cheyenne a commencé par des études de droit et de journalisme. Après avoir pas mal navigué dans le milieu de la nuit, elle participe au Burning man, un événement incroyable dans le désert du Nevada, et c’est une expérience qui va changer sa vie. En rentrant, elle se met assidûment au yoga et à la méditation, devient végétarienne puis « vegan à la maison ». Au fil des années elle décide de partager sa passion pour le yoga et commence des formations avec entre autres Shiva Rea. Aujourd’hui elle a trouvé sa voie dans le Smart flow de Annie Carpenter, et suit encore, auprès d’elle et d’autres professeurs de la même veine, des trainings chaque année, car pour être un bon professeur il faut avant tout être un bon élève.

Retrouvez Cheyenne Ravarino sur Facebook et Instagram

 

Très belle journée, Namaste

© Toutes copies et reproductions interdites, contenu édité et publié par YJ France Media.

Photos : iStock / Fizkes