Comment préserver l’énergie de l’été ?

Energie_de_lete

L’arrivée de l’automne est proche mais les énergies de cette saison, d’après la médecine traditionnelle chinoise, sont déjà bien installées depuis le 8 août et perdureront jusqu’au 20 octobre. Pour vivre avec joie et santé les périodes venteuses, humides et froides qui s’annoncent, il est important d’avoir pu tout au long de l’été recharger ses batteries tant physiques, que mentales, émotionnelles et spirituelles. Nous allons vivre littéralement sur nos réserves. Pourtant la rentrée de septembre est une période épuisante qui a tôt fait de nous mettre à genoux avant même que les vraies hostilités ne commencent. Un mot d’ordre, se ménager et s’organiser pour durer dans la longueur sans subir les variations de climat qui s’annoncent.

Rester connecter à l’élément eau

Ceux qui partent régulièrement au bord de la mer savent à quel point l’élément marin est ressourçant. Lorsque l’on se baigne on entre en contact avec des énergies telluriques ascendantes qui nous rechargent automatiquement. Nous sommes rarement en immersion totale avec ces énergies d’autant plus lorsque l’on est citadin, séparé en permanence de la terre par une couche d’asphalte. Pour garder ce lien avec l’eau et profiter de sa richesse minérale, il est possible de réaliser à chaque changement de saison une cure de plasma marin. L’eau de mer peut être considérée comme un milieu organique à part entière qui possèdent de nombreuses correspondances physiques, chimiques et physiologiques avec le plasma sanguin. A conseiller pour lutter contre la fatigue, l’anémie, l’eczéma, les crevasses, les problèmes digestifs, la déminéralisation… mais surtout pour se reconnecter à cet élément si vitalogène et rappeler à notre milieu intérieur l’immensité à laquelle on appartient.

En cure, prenez une ampoule en hypertonique ou en isotonique (4 fois moins concentrée que l’hyper, à préférer, notamment si vous avez des problèmes d’hypertension artérielle, une insuffisance rénale…), à jeun tous les matins, pendant 20 jours.

Faire respirer sa peau

Tous les magazines féminins de la rentrée y ont consacrés un article. La peau sous l’effet du soleil s’épaissit c’est pourquoi il est important de la faire respirer à son retour de vacances. La technique du brossage à sec de tout le corps est particulièrement indiquée dans ce cas de figure mais elle aide également l’organisme à lutter contre les premiers refroidissements. Procurez-vous une brosse composée de poils de sanglier ou du moins de fibres naturelles (beaute-pure-boutique.com/brosse-de-massage). Les gestes doivent être courts et vifs ; il faut également impérativement commencer par le dessous du pied en remontant vers le cœur, puis du bout des doigts vers le cœur. Sur l’abdomen, des mouvements circulaires peuvent être réalisés dans le sens de la digestion. Cette méthode stimule la fonction d’élimination des pores de la peau, active la circulation sanguine et lymphatique et draine l’ensemble des toxines (cristaux d’acide urique) présentes dans les tissus périphériques. Magique !

Veiller à l’alternance veille/repos

On se sent toujours un peu invincible à la rentrée. On pense pouvoir tout gérer, la rentrée scolaire, la reprise du travail, la remise au sport, les sorties culturelles… et tout cela en grignotant sur son temps de sommeil. L’automne est une saison qui nous invite pourtant à un tout autre rythme. Il est même conseillé d’atteindre au minimum 7 heures de sommeil par nuit. L’ouverture vers l’extérieur vécue pendant l’été qui nous a permis d’emmagasiner le prâna (énergie vitale) doit céder sa place à l’intériorisation, attitude dont dépend la lente digestion de ce bagage énergétique. Si ces temps ne sont pas respectés le ballon de baudruche parfaitement gonflé que vous êtiez à la sortie des vacances finira par éclater au lieu de se dégonfler doucement jusqu’à la fin de l’hiver. Si l’image vous parle, acceptez de ralentir et multipliez les moments calmes permettant l’introspection.

A chaque saison sa logique. L’automne ne doit pas être traversé en portant sur ses épaules le deuil de l’été, de sa lumière et de sa chaleur. Au contraire, plus on se préserve sur tous les plans de notre être (physique, ethérique, mental…) plus l’énergie estivale que nous avons engrangée pourra être sollicitée à bon escient et cela jusqu’à la fin de l’hiver.

Laure Terrier de la Chaise

Professeur de Yoga et naturopathe

www.makemeyoga.com