Faire aimer le yoga a ses enfants

Yoga Journal France - Faire aimer le yoga a ses enfants

Tous les parents qui font du yoga aimeraient voir leurs enfants profiter de ses bienfaits. Mais le meilleur moyen de les dégoûter du yoga, c’est de les forcer à en faire, déclare Judith Hanson Lasater. Cette psychologue et professeure de yoga savait que les enfants se rebellaient si on les contraignait à faire quelque chose ; elle a donc laissé les siens venir au yoga d’eux-mêmes. « Si c’était moi qui leur avais dit d’en faire, je serais passée à côté de quelque chose. » « Quand c’est eux qui choisissent, avec leur propre intention, ça a beaucoup plus de valeur. »

Judith Hanson Lasater conseille d’intégrer sa pratique dans le quotidien, sans s’isoler, de façon à ce que les enfants puissent participer s’ils en ont envie, mais sans se sentir obligés. « Faites du yoga ou méditez dans le salon. », dit-elle. « Un jour, ils vous demanderont s’ils peuvent se joindre à vous. » Quand ses enfants lui ont demandé s’ils pouvaient pratiquer avec elle, Judith les a laissés choisir les postures, pour leur donner encore un peu plus de pouvoir. « Ils voulaient faire le poirier ? On faisait le poirier. », se souvient-elle en riant. Sa méthode a l’air d’avoir plutôt bien fonctionné. Ses trois enfants, qui ont grandi depuis, font du yoga. Sa fille a même donné des cours de yoga pendant ses premières années d’université. Aujourd’hui étudiante en troisième cycle, elle déclare que sa pratique lui permet de garder la tête sur les épaules dans les périodes d’examen. Elle n’a pas voulu que son nom soit cité, mais elle rejoint sa mère : « On est très contents de ne pas avoir été forcés de faire du yoga, ça nous en aurait écœurés. Je compte bien en faire jusqu’à la fin de mes jours. »

Inculquer la discipline du yoga

Laisser les enfants faire leurs propres choix avec le yoga ne signifie pas qu’on les laisse faire ce qu’ils veulent.

Janice Gates, professeure de yoga et de méditation à San Anselmo en Californie, a trouvé une technique avec sa fille de 5 ans, Sacha, qui permet de définir des limites tout en laissant à l’enfant un certain pouvoir. Quand Sacha commence à faire quelque chose tout en sachant que ce n’est pas bien (par exemple, sa dernière bêtise était de dessiner sur les murs), elle se fait disputer, mais Janice lui demande aussi comment elle s’est sentie physiquement avant de prendre la décision de désobéir à la règle. Janice explique à Sacha qu’à chaque fois qu’elle fait un choix qui risque d’avoir des conséquences négatives, elle devrait demander à son corps ce qu’il ressent. « Je vois qu’elle fait vraiment le lien », dit-elle. « Elle apprend à faire confiance à son intuition et à comprendre la causalité entre l’action et la conséquence. J’espère que ça marchera encore quand elle sera adolescente et qu’elle devra prendre des décisions plus difficiles au sujet de la drogue ou de ses fréquentations. »

Yoga Journal France - Faire aimer le Yoga a ses enfants | famille

S’amuser avec le sacré

Les rituels, tels que la prière à table ou la célébration d’équinoxe, permettent aux enfants de s’ouvrir aux principes du yoga, mais également de rapprocher les familles. Pour les professeurs de yoga Charles Matkin et Noah Maze, qui ont grandi à proximité d’ashrams et sont devenus de grands professeurs, les chants en famille font partie de leurs meilleurs souvenirs d’enfance. Ces souvenirs leur ont permis de rester attachés à la tradition yogique, même pendant leur période rebelle à l’adolescence. « Chez les enfants, chanter est naturel », explique Charles Matkin. « Chanter dès l’enfance donne de bonnes bases. » Jai Uttal, yogi dévot et musicien, a même enregistré « Kirtan Kids », un album de Kirtan chanté avec un chœur d’enfants, conçu pour chanter en famille.

Faire un autel dans leur chambre est un autre rituel que les enfants adorent. « Sacha met sur son autel tout ce qui a de l’importance pour elle. », déclare Janice Gates. « Elle y dispose des plumes, des pierres spéciales et ses peluches préférées. C’est une manière d’apprendre la gratitude et de se connecter à ce que font ses parents. »

On peut également profiter des solstices pour proposer des activités calmes, et apprendre aux enfants à se connecter à l’univers. La famille Matkin utilise des rituels de solstice pour exprimer sa gratitude à la nature. Au solstice d’hiver, par exemple, chaque membre de la famille enduit une pomme de pin de beurre de cacahouète et de graines qu’il accroche ensuite à l’extérieur, en offrande aux oiseaux de l’hiver.

Par Jaimal Yogis

Jaimal Yogis est écrivain et vit à San Francisco.

 

  • Claudia de YogaPassion

    Merci pour cet article passionnant.

    Je n’ai pas encore d’enfants, mais j’espère un jour pouvoir leur faire découvrir et apprécier le Yoga. Le pratiquer à l’école est aussi une option proposée de plus en plus régulièrement. C’est génial !

    Namaste,
    Claudia