Faut il garder les hanches alignées en faisant des torsions ?

Young attractive woman in Ardha Matsyendrasana pose, studio background

Par Cheyenne Ravarino

 

Il est généralement enseigné en yoga de garder les hanches alignées lors de la pratique d’asanas en torsion telles que par exemple Parivrtta Trikonasana pour une torsion debout, ou ardha Matsyendrasana pour une torsion assise. J’ai moi même reçu cette instruction en ardha matsyendrasana de presser mes ischions dans le sol.

En effet, toutes les torsions ont tendance à entrainer le bassin dans la direction vers laquelle la colonne vertébrale se tourne, et pour ressentir plus intensément l’effet de la torsion il faut alors stabiliser  le bassin.

Cette instruction n’est pas fausse, mais mérite cependant un bémol en tenant compte de l’âge du yogi, de son niveau, mais aussi s’il souffre de problèmes au niveau de l’articulation sacro-iliaque, de douleurs au niveau du sacrum, fusion de vertèbres lombaires, ou tout simplement de raideur dans le bas du dos.

Physiquement en faisant une torsion on raccourcit sa colonne vertébrale en rendant les disques plus plats et rapprochant ainsi les vertèbres les unes des autres. C’est la raison pour laquelle ce mouvement est enseigné en association avec la respiration et qu’ il est demandé d’inspirer et d’allonger sa colonne avant d’expirer et tourner, ceci permettant d’alléger cet effet de raccourcissement.

Lorsqu’on fait la rotation, le haut du corps supérieur au bassin tourne d’un côté, et la la partie inférieure de l’autre. C’est en déplaçant ces  deux parties dans des directions opposées que l’on obtient la rotation la plus intense, et dans cette hypothèse c’est le sacrum qui est le plus ecartelé.

Toutefois si l’on autorise au bassin de pivoter un peu, le stress procuré au sacrum et aux os du bassin sera moins intense car au lieu de résister au mouvement pris par la colonne  ils l’accompagneront. Ce mouvement s’effectue, par exemple,  en laissant légèrement tomber la fesse du côté de la jambe arrière en Parivrtta trikonasana, ou en laissant l’ischion du côté de la torsion partir légèrement vers l’arrière en ardha matsyendrasana.

Les torsions sont très bonnes pour la colonne vertébrale, il suffit d’être prudent avec le sacrum.  Ecoutez votre corps, observez avec humilité,  rappelez vous que le yoga ce n’est pas une performance mais une pratique censée apporter un bien être à votre corps et à votre esprit, et que la pratique d’aujourd’hui doit permettre celle de demain.

 

Cheyenne Ravarino

Professeur de yoga à Monaco et dans le sud est de la France, Cheyenne a commencé par des études de droit et de journalisme. Après avoir pas mal navigué dans le milieu de la nuit, elle participe au Burning man, un événement incroyable dans le désert du Nevada, et c’est une expérience qui va changer sa vie. En rentrant, elle se met assidûment au yoga et à la méditation, devient végétarienne puis « vegan à la maison ». Au fil des années elle décide de partager sa passion pour le yoga et commence des formations avec entre autres Shiva Rea. Aujourd’hui elle a trouvé sa voie dans le Smart flow de Annie Carpenter, et suit encore, auprès d’elle et d’autres professeurs de la même veine, des trainings chaque année, car pour être un bon professeur il faut avant tout être un bon élève.

 

Retrouvez Cheyenne Ravarino sur Facebook et Instagram

 

Très belle journée, Namaste

© Toutes copies et reproductions interdites, contenu édité et publié par YJ France Media.

Photos : iStock / fizkes