Gastronomie japonaise, un festin pour les sens et l’esprit  !

Japanese restaurant, sushi.

Par Anne Piovesan

Châpo

La culture et la gastronomie japonaises me passionnent. Ce pays est fascinant. Il ne sépare jamais la modernité de la tradition et conserve un profond respect pour ce qui est transmis par les Anciens. « Si vous voulez connaître le nouveau étudiez d’abord l’ancien. ». Le Japon conserve un très haut niveau d’exigence artisanale, que l’on retrouve dans la gastronomie japonaise qui reste au plus près de l’origine du produit pour le sublimer et respecter sa nature.

Une alimentation saine

La cuisine japonaise possède cette réputation fermement établie d’être parmi les plus saines au monde. Vous avez sans doute entendu parler du fameux « régime d’Okinawa ».

Cette petite île de l’archipel nippon est renommée pour sa population de centenaires actifs et en bonne santé.

Les repas japonais sont principalement composés de glucides lents, de légumes et de fruits frais, ainsi que de poissons. Les produits laitiers et carnés sont relativement peu présents et, en l’occurrence, toujours très maigres. La saveur et l’extrême fraîcheur des produits sont préférées aux mets trop riches et trop gras.

Trente aliments par jour

L’alimentation japonaise possède une autre caractéristique : tout au long de la journée les Japonais consomment de petites quantités d’une multitude d’aliments différents. Les jeunes enfants apprennent à l’école qu’une alimentation équilibrée consiste à manger trente aliments différents par jour. Des petits poissons (dont des petites sardines), des viandes, des produits à base de soja, des légumes colorés, du riz, des nouilles, des pommes de terre, etc.

L’art de la table au Japon

L’art du kaiseki, la cuisine traditionnelle et raffinée, est extrêmement codifié, avec un rythme précis de neuf plats en neuf temps. Son origine remonte au XIVe siècle. Chaque détail est un symbole et on y sert des mets au gré des quatre saisons.

L’aliment de base des Japonais est le riz, que l’on nomme shushoku (le repas principal). Tout le reste porte le nom de « okazu » (garniture). Pour accompagner le riz ou les nouilles, au moins deux garnitures différentes sont proposées.

Pour le petit déjeuner les Japonais dégustent principalement un bol de riz avec une soupe miso assortie de poisson grillé.

Pour le déjeuner ils préparent en général leur bento, une « boîte repas » utilisée depuis des centaines d’années. Elle se compose souvent d’une belle portion de riz nature ou agrémenté d’algues et de graines de sésame, mais cela peut également être un assortiment de sushis variés ou encore une soupe de nouilles au crabe et aux légumes.

Quant au dîner, c’est un repas qui se prend souvent en famille ou entre amis. Il comporte généralement une soupe et trois garnitures.

Pour des repas de famille, de fêtes ou avec de nombreux convives, on place au centre de la table une grande marmite et une multitude de mets délicieux, subtils et variés. Les présentations sont particulièrement soignées et très attrayantes pour que les repas soient agréables à déguster. Les desserts sont rares dans la gastronomie japonaise, les repas se terminant généralement par des fruits frais, une prune umeboshi et une tasse de thé vert.

Dossier complet à retrouver dans votre Yoga Journal N°10 

Très belle journée, Namaste

© Yoga Journal, toute copie ou reproduction de cet article est interdite

Matcha, Clea, éd. La Plage, 2013.

Okinawafood, Laure Kié, éd. Mango, 2016.

L’homme qui écoute les légumes, Asafumi Yamashita, éd. Actes Sud, 2016.