La vigilance posturale

La vigilance posturale

Par Boris Tatzky, formateur et enseignant de yoga

 

« Le moyen pour faire cesser la confusion mentale réside dans le développement constant de la vigilance ».  Yoga-sûtra de Patanjali, II-26.

 

Selon la philosophie du yoga, le rôle essentiel de la pratique posturale est de réduire nos tensions intérieures et d’amplifier l’équilibre et la luminosité propres à chacun.

 

Pour favoriser cette réalisation, le yogi doit accroître certaines qualités, dont la première est utsâha, l’énergie de la vigilance, de l’enthousiasme.

Cet état de vigilance est la source de progression du discernement dans la vie quotidienne.

Ainsi, dans le cadre de notre pratique contemporaine du Hatha Yoga, nous pouvons attribuer une double fonction à l’état de vigilance, à la fois sociale et spirituelle.

 

Nous pouvons tous constater que la pression médiatique, l’usage intensif du portable, du zapping, les sollicitations visuelles et auditives incessantes de ceux qui nous abreuvent et nous conditionnent par la publicité, concourent à notre dispersion mentale.

Celle-ci nous rend moins présents au monde, à la vie sociale, plus fragiles nerveusement et manipulables psychiquement. Le manque de vigilance est une forme de souffrance (klesha) qui entretient la confusion.

La pratique du yoga est une réponse possible à la dispersion mentale accélérée vécue dans nos sociétés.

Le yoga affirme qu’il est possible d’inverser ce processus, de réduire les tensions (Yoga-Sûtra, II.16), notamment en cultivant la concentration, qui redonne plus de présence à la vie, aux autres, et qui développe l’écoute et l’ouverture du cœur.

 

Le corps devient le moyen concret et efficace pour réaliser cet état de vigilance qui permet de sortir des tourbillons d’un mental agité.

La pratique posturale efficace utilisera une précision rigoureuse et un ajustement personnalisé. Bien conduit, cet ajustement permettra une meilleure circulation des énergies vitales (prâna).

Il y a une différence fondamentale entre un geste accompli machinalement, sous l’emprise de la répétition monotone, et le même geste réalisé avec l’acuité d’une attention constamment éveillée.

 

Découvrez la suite de cet article dans votre magazine Yoga Journal n°9 disponible en version papier et digitale.

 

Très belle journée, Namaste

© Toutes copies et reproductions interdites, contenu édité et publié par YJ France Media.

 

Photo : Lionel Piovesan