Le monde entier est om

Ganesha sculpture

Par Raphaël Voix

 

En Occident, l’image d’une personne assise en lotus prononçant le om est devenue emblématique du yoga. Mais d’où vient l’importance que l’on accorde aujourd’hui à la récitation du om ? Quel sens a-t-il et quelle place tient-il dans la pratique ?

 

« La syllabe om est la forme essentielle de l’espace à l’intérieur du Cœur; elle est le trésor, la félicité et la joie suprême; elle est notre Soi et notre yoga », extrait du Maitry Upanisad.

 

« Le monde entier est om». Cette phrase extraite de la Taittiriya-upanisad (I.8) n’a jamais été aussi vraie que le 21 juin 2015, première journée internationale du yoga. Malgré les kilomètres qui les séparaient, des milliers de personnes ont pratiqué en France, en Inde, aux États-Unis et dans bien d’autres pays, commençant ou terminant leur séance en prononçant le om. Le plus fascinant est que ce phonème, qui n’a pas de signification précise, se prête depuis trois mille ans aux multiples sens que différentes traditions lui attribuent.

 

Un mantra universel

Le son om est un mantra, c’est-a-dire une « formule sonore » dans laquelle est concentrée une énergie divine dotée d’une puissance cosmique. Dans le Veda, lorsqu’il apparait pour la première fois aux alentours de 1000 ans av. J.-C., il est énoncé à haute voix pour préfacer et conclure les récitations de textes sacrés lors des rituels. Sa centralité dans la liturgie védique explique qu’il y soit considéré comme LE son essentiel, la syllabe par excellence qui résume tous les autres. Appelé pranava, c’est-à-dire « ce qui sonne » ou « résonne », le om est décrit comme le « germe primordial » représentant l’essence même de la Révélation. Néanmoins, du fait de son appartenance au Veda, la récitation du om est originellement réservée aux brahmanes homes. Par la suite son usage s’étend en dehors du cadre védique et dépasse son élitisme socioreligieux. Le bouddhisme, le jaïnisme, puis l’hindouisme dévotionnel ou tantrique, l’exaltent et lui accordent une prééminence dans leur culte. Ainsi, bien que le om – notamment sa représentation graphique stylisée  en alphabet devanagari – soit souvent considéré comme symbole de l’hindouisme, il est de fait une sorte de « mantra universel » qui, à la différence de la plupart des mantras, ne signe pas l’appartenance à une tradition religieuse particulière.

 

Découvrez la suite de cet article dans votre magazine Yoga Journal n°4 disponible en version papier et digitale.

 

Très belle journée, Namaste

© Toutes copies et reproductions interdites, contenu édité et publié par YJ France Media.

 

Photo : iStock / Rike_