Le yoga intégral de Shri Aurobindo et l’action du vital sur notre psychologie

Yoga Shavasana

Par Emile Lozevis

 

Aurobindo

D’abord, pour résumer le message de son œuvre, on peut dire que le yoga intégral doit introduire tous les yogas et les activités de la vie, afin d’intégrer le Divin dans la conscience  terrestre pour transformer notre nature, et accéder au Supramental .

Il dit ceci : l’Inde est la clé de l’avenir de l’humanité et est le médecin de l’âme humaine dans ses maladies profondes ; elle est destinée une fois encore à remodeler la vie du monde(1) .Elle réalisera son svadharma ( son propre devoir) à travers le monde,  dit- il  dans ses livres, il suffit de voir l’ampleur du yoga dans le monde.

Ajit Sarkar(2) était à l’ashram de Pondicherry depuis 1945, il a vécu cette ambiance spirituelle autour de Shri Aurobindo et de la Mère(3), Il dit ce qui suit sur le yoga intégral :

Sri Aurobindo et la Mère nous ont dit que « Toute la vie est yoga »; par conséquent, le yoga intégral de Sri Aurobindo cherche l’équilibre, l’harmonie et l’unité en soi avec tous les aspects de l’être humain, physique, vital, mental, psychique et spirituel, aussi bien qu’avec son environnement matériel et cosmique. C’est le yoga de la transformation. Nous devons nous perfectionner dans tous les domaines de notre vie et nous soumettre à la Mère divine, la Shakti  pour la transformation, pour créer une vie divine ici-bas, dans la matière.

C’est l’expression de la Conscience pure ou du Supramental sur terre, en vue de la manifestation de l’être supramental qui est le but de l’évolution des êtres dans le monde.

Jusqu’à présent l’évolution , ou l’expression de la conscience dans la matière,  s’est faite par la poussée de la Nature, Prakriti. Mais avec les êtres humains la Nature a trouvé un moyen pour accélérer cette évolution ; Donc, nous avons la possibilité et même le devoir de participer activement à ce travail de la divinisation et déjà trouver en recherchant un certain bonheur. Cette recherche consciente  de la perfection de soi est le Yoga intégral de Sri Aurobindo.

 

Le Vital

Le Vital occupe une place importante dans l’être humain que Shri Aurobindo décompose en quatre parties : le Corps, le Vital, le Psychique et le Mental. Ce sont ces différentes parties qu’il faut travailler pour perfectionner notre être.

Le Vital a une situation géographique dans le corps subtil : une zone qui s’étend de la poitrine jusqu’au bas ventre en passant par le plexus solaire qui en est le siège  principal.

Le rôle du Vital est de donner de l’énergie au corps, de le dynamiser, de maintenir la capacité de vie, de croissance et de mouvement. Il a une sensibilité aux stimulations extérieures.

Shri Aurobindo a constaté au cours de son travail sur la conscience que tous les désordres psychologiques se fixent dans cette zone du Vital chez tous les êtres vivants. L’environnement du Vital est imprégné de nos contenus psychiques néfastes (radjôgouna, (4) vâsanàs et samkâras) tel que : égoïsme, insatisfactions, désirs, violence, arrogance, haine, vengeance, peurs, jalousie, instincts et pulsions incontrôlés, perversion, avidité, domination, possession, orgueil etc…

 

Notre comportement est conditionné par la remontée, du vital vers le mental, de ces   différentes perturbations, de ces contenus psychiques néfastes vis-à-vis d’autrui, rendant la personnalité humaine limitée, fausse et stupide.

 

Le  raisonnement mental ne peut convaincre les actions erronées de notre attitude.  Le découragement, l’anxiété, l’angoisse et la dépression sont les produits du vital non régénéré, car les vieux mouvements et habitudes du vital issus des insatisfactions diverses  obscurcissent le mental et affaiblissent notre vitalité, entraînant des désordres à l’intérieur de soi. Dans cette situation, la paix et le bonheur ne sont pas possibles(6)

Shri Aurobindo nous dit que le vital oppose une grande résistance à sa propre régénération : ce qui le caractérise, c’est son refus de coopérer, pour résister à la transformation de la conscience humaine. le Vital  peut se complaire dans la souffrance et dans toutes sortes d’attitudes négatives afin de pouvoir jouer avec les variations  de soulagements qu’apportent certains plaisirs et satisfactions.

Mais ces soulagements très partiels ne durent qu’un temps. Quand le vital s’empare d’une chose, il fait peser continuellement le désir  sur le mental,  jusqu’à ce qu’il obtienne satisfaction, ou que son emprise soit rejetée. Là où le vital se manifeste, c’est dans l’impatience d’obtenir des résultats, et dans le mécontentement si les résultats ne sont pas immédiats. Il est obstiné et il admet difficilement l’ânanda (joie suprême)

 

Comment transformer l’Être Vital

Selon Aurobindo, le vital est un instrument indispensable, sinon aucune création, aucune action puissante n’est possible. Il s’agit simplement de le maîtriser et de le convertir en un vital vrai, qui soit à la fois fort et calme, capable d’une grande intensité. Il faut le libérer de l’ego. Il ne doit pas être libre d’agir à sa guise.

Tout yoga est censé agir sur le vital, mais pour S.A, il faut obtenir le calme mental en utilisant les différentes techniques existantes, se concentrer dans le centre psychique du cœur(5)(ânahatâ) au niveau de la poitrine et dans la région du plexus solaire(manipura). Aupravant, il est important de se concentrer sur le sommet de la tête pour la descente de la force (divine conscience force, îshwarî- Shakti) de tous les plans supérieurs du mental.

Cette descente est ressentie comme l’envahissement de flots successifs de calme,  de paix, et de force sur les divers plans de notre être. Elle agit sur la régénération du vital, il faut soumettre le plexus solaire à cette force à plusieurs reprises tant que l’on peut la capter(6).

Cela peut prendre beaucoup de temps, car les contenus psychiques néfastes du vital s’évanouissent couche par couche par une sâdhanâ (pratique régulière). l’ânanda ou joie suprême, ne durera pas, ou ne s’intégrera pas en nous  tant que cette partie de l’être ne sera pas régénérée et  transformée.

Dans le Védanta(7) et la Bhagavat Guita(7), il y a un principe convergeant que reconnaît Shri Aurobindo dans son enseignement, c’est le principe du yoga de l’union de l’absolu( brahman), avec notre âme individuelle(atman) où l’on puise les forces de l’absolu pour notre propre transformation et qu’ainsi, les désirs dissous, nos aspirations et nos actions consciemment perçues  sont soumises à la volonté de l’éternel, qui est la seule source de notre initiative(8).

 

L’être vital ainsi régénéré laisse la place à des qualités nobles telles que le calme, la patience, le discernement, la persévérance, l’harmonie, la loyauté, le courage, l’audace, la vitalité constante, la bienveillance, la générosité, l’altruisme etc…Alors la vitalité en soi devient stable, s’installe une grande confiance intérieure, et il n’est plus possible d’être anxieux ou être dans la dépression.

 

La pratique

Capture d’écran 2018-04-18 à 14.37.31

Salabhâsana-la sauterelle

 

Capture d’écran 2018-04-18 à 14.37.45

Salabhâsana, variante jambe au sol

 

Capture d’écran 2018-04-18 à 14.37.55

Balasana  (Feuille pliée)

 

La sauterelle est un bon moyen d’agir sur le vital, car il y a le contact du plexus solaire au sol, cela favorise la concentration mentale sur cette partie du corps, cette posture demande une grande intensité de concentration dans le souffle, ce qui favorise le calme mental.

S’allonger sur le ventre, mettre les doigts entrecroisés sur les fessiers, décoller la tête et la poitrine, ainsi que les jambes, et faire un appui des mains sur les fessiers, rester concentré dans le souffle le plus longtemps possible, et faire de légères bascules du  corps avant arrière avec l’inspire et l’expire, le pivot reste le ventre, chacun respire à son rythme, rester dans le mouvement de bascule le plus longtemps possible. Restez concentrés dans le souffle et sur l’appui du ventre au sol au moins une minute, le flot du souffle doit devenir fluide et se concentrer dans les narines, et ressentir l’absorption du souffle dans la posture. Poser les jambes sur le sol, continuer  la respiration sans basculement du corps. Et revenir en feuille pliée(2) pour vous détendre. Et recommencer tant qu’il n’y a pas un certain calme mental ou le ressenti de fluidité consciente du souffle.

Ensuite faire la méditation sur la technique de régénération du cerveau, description dans info yoga n° 92, cette technique permet de ressentir les forces des plans supérieurs du mental. Bien souvent le dos se redresse de lui-même accompagné d’une révulsion des yeux.

A ce moment là, surgit un grand calme mental et l’on peut exercer une action consciente de cette sensation de force dans les différentes parties du corps que l’on souhaite.

Ce travail, d’une façon constante change notre psychologie, même s’il reste encore à faire, développe une vitalité dynamique sans faiblesse devant toutes circonstances.

On est les marionnettes des contenus psychiques néfastes du vital qui nous rendent insatisfaits et pas heureux d’une manière définitive. Établir un délice d’existence de  satchitânanda (être dans la conscience  de félicité) transformera la société de ces pratiques barbares au pouvoir destructeur.

 

Shri Aurobindo, par son travail, nous laisse un grand espoir pour le devenir de  l’humanité. Lui-même est passé par toutes les phases de la transformation intérieure dans le chemin spirituel pour comprendre l’évolution  futur possible de la société humaine afin de réaliser satchitânanda (être dans  la conscience  de félicité) . D’autres l’ont déjà dit(voir dans le Védanta et la Gîta) , par exemple vivre  dans un système social comme les Aryens(9)qui respectaient le dharma(loi, devoir) et chacun dans sa diversité. L’évolution suivante est d’accéder à la conscience supramentale, les Rishis(10) l’ont perçu a-t-il dit, il y a un pouvoir et une vérité  cachés dans la matière qui aspire à cela. C’est une conscience de vérité supérieure ou de la vérité ultime(paramârtha-satya), imperceptible  par notre ignorance et notre ego qu’il faut dissoudre,  pour percevoir cet état supramental indéfinissable par le mental qui lui n’est plus l’accomplissement suprême(11). La connaissance et l’action de l’infini est une en une variabilité illimitée dit-il(12).

 

Très belle journée, Namaste

© Photo : Emile Lozevis

 

 

(1) p 41 L’inde et la renaissance de la terre  institut de recherches évolutive , recueil d’écrits d’Aurobindo

(2) Formateur professeur de yoga avec Selvi Sarkar à la F.Y.A et soutien l’école de Vellai Thamarai

(3) Mirra Alfassa, compagne spirituelle d’Aurobindo

(4) Vasana et samskaras constituent des imprégnations bonnes ou mauvaises issues du karma (loi de causes à effets) il n’y a pas de mots sanskrit désignant toutes les tendances du vital

(5) centre subtil établis dans le corps au niveau de la poitrine, appelé Chakra ou roue

(6) p126 à 138, La pratique du yoga Intégrale, de Shri Aurodindo, spiritualités vivantes (Albin Michel)

(7) sytème philosophique de l’inde issue de l’hindouisme

(8 ) p153, La synthèse des yogas, le yoga des œuvres, (ed bushet/chastel) Aurobindo

(9) civilisation ancienne de la vallée de l’indus au Pakistan actuel

(10 ) voyants et sage (celui qui voit la vérité) par la méditation ils ont composés

 certains textes des védas

(11) voir livres : la manifestation supramentale sur la terre et l’évolution futur de l’humanité, Shri Aurobindo Ashram Pondicherry

(12) p 58 la vie divine 2, spiritualité vivante