Les effets du yoga sur votre cerveau

Les effets du yoga sur votre cerveau

Par Ginny Graves

Les pratiques méditatives aident à apaiser un cerveau hyperactif. « L’anxiété se traduit par une inquiétude à propos de l’avenir et des choses négatives qui ne sont pas encore arrivées et qui n’arriveront probablement pas, » explique Jenny Taitz, psychologue à l’American Institute for Cognitive Therapy à New York. « Etant donné que l’anxiété est focalisée sur l‘avenir, toute pratique qui vous ancre dans l’instant présent est utile. » Et c’est exactement ce que font le yoga et la méditation. En prêtant attention aux sensations corporelles dans le guerrier II ou en concentrant votre esprit sur la sensation de la respiration qui entre et sort par les narines, vous restez fermement ancré dans l’instant présent. « Les personnes qui ont assisté à nos cours de méditation nous disent par exemple : ‘Maintenant, quand une difficulté survient, je constate que je suis en train de m’inquiéter en imaginant le pire scenario ; une fois que j’ai pris conscience de cela, je suis capable d’observer ces pensées anxieuses sans qu’elles ne prennent le dessus,’ » explique Hickman. « La pleine conscience vous aide à créer une distance émotionnelle saine avec les pensées empreintes d’inquiétude. »

Les modifications subjectives de votre état d’esprit et de vos émotions semblent refléter ce qui se produit d’un point de vue physique dans le cerveau. A l’aide d’une technique perfectionnée d’IRM consistant à observer ce qui se passe dans le cerveau de sujets souffrant d’un niveau normal d’anxiété, les chercheurs de la Wake Forest School of Medicine ont conclu que pendant une méditation de pleine conscience de 20 minutes, le cortex préfrontal ventromédian – zone du cerveau pouvant réduire les sentiments d’inquiétude – est activé. Quand l’anxiété des participants diminue (les niveaux d’anxiété ont chuté de près de 40%), l’activité dans le cortex cingulaire antérieur – zone gouvernant la pensée et l’émotion – augmente, ce qui indique que la pensée rationnelle a remplacée l’inquiétude. « Pendant une méditation de pleine conscience, votre cerveau s’entraîne à contrôler vos réactions. Donc si vous méditez assez souvent, vous pouvez mieux contrôler vos réactions dans votre quotidien, » explique Fadel Zeidan, auteur principal de l’étude et directeur de recherche en neuroscience.

Une autre étude révèle que le yoga influerait sur les niveaux d’acide gamma-aminobutyrique (GABA- un neurotransmetteur inhibiteur) présents dans le cerveau. Les récepteurs GABA sont la cible des anxiolytiques de la famille des benzodiazépines qui augmentent l’effet inhibiteur du GABA sur le système nerveux central. Par exemple, les chercheurs de la Faculté de Médecine de Boston ont conclu qu’un programme de yoga d’une durée de 12 semaines se traduisait par une augmentation des taux de GABA dans le cerveau, une amélioration de l’humeur et une diminution de l’anxiété, apportant ainsi plus de bienfaits qu’un programme de marche à pied de même durée. Une précédente étude menée par la Faculté de Médecine de Boston et l’Hôpital McLean, un hôpital psychiatrique affilié à la Faculté de Médecine d’Harvard, a conclu qu’après une heure de yoga, les taux de GABA diminuaient de manière significative. Même si une séance de yoga ou de méditation peut réduire votre anxiété sur le moment, si vous souhaitez réduire pour de bon votre tendance à vous inquiéter et vous tracasser, envisagez de faire de ses pratiques une habitude, explique Angela Fie, directrice de Yoga-Med à Phoenix, un programme de yoga et de méditation destiné aux personnes anxieuses, dont un grand nombre a été conseillé par leur médecin. « En pratiquant régulièrement, vous atténuez votre seuil émotionnel. Par conséquent, quand quelque chose de négatif se produit ou quand vous avez une pensée anxieuse, vous l’accueillez telle qu’elle est, avec curiosité et patience plutôt qu’en réagissant avec crainte, » explique Angela Fie.

Photographie par Rick Cummings

Dossier complet à retrouver dans votre Yoga Journal N°5