Ma retraite de yoga-coaching en Ardèche – Partie 2

Ma retraite de yoga-coaching en Ardèche partie 2

Par Corine Moriou

 

Mardi : Bracelet aux couleurs des chakras

Rencontre de Jean d’Aulan, le maître des lieux. Il m’accueille avec un grand sourire, une poignée de main franche. Qui pourrait deviner qu’en juin dernier cet homme d’allure athlétique est tombé d’une échelle et que son visage s’est transformé en une énorme bouillie avec 70 fractures ? Un miraculé ! Nous nous installons sur la terrasse du restaurant transformé en salon de thé (ou d’infusion) l’après-midi. C’est un lieu propice au ressourcement avec sa cascade d’eau et sa jolie paillotte au toit de chaume. « Mon père pratiquait le zen, le kyudo c’est-à-dire la voie du tir à l’arc. En 1974, il a confié le lieu à Maître Jyoji, le représentant du zen Rinzaï en France, jusqu’en 1984, relate Jean, fervent adepte du yoga. A l’âge de trois ans, je méditais aux côtés de mes parents. J’ai appris le respect mutuel, le savoir-vivre ensemble et le partage dans la simplicité. Pendant neuf ans, le domaine est resté en sommeil. En 1993, nous avons relancé le lieu avec ma femme et l’aide de ma mère pour en faire un espace dédié à des stages. Ce que je fais ici, c’est une vocation. Mon frère, lui, a préféré se consacrer à la médecine chinoise. Nous n’avons cessé de faire évoluer le lieu. Il a vraiment pris son envol avec le bassin de baignade. Il nous manquait un point d’eau dans cette grande plaine. Les chamanes aiment venir ici, car ils y voient une faille tellurique qui correspondrait à un gros chamboulement géologique à l’époque où il y avait des volcans. D’ailleurs, on ressent les énergies bénéfiques et très puissantes qui émanent de la terre ! » Le domaine est un labyrinthe dont on ne soupçonne pas tous les atouts si l’on n’est pas guidé. Son chien Sam sur les talons (un mélange de golden et de labrador), Jean me fait découvrir la bibliothèque, la Petite école (une pièce de méditation), la piscine et le salon de la villa Christina. Notaire à la ville, Christine, joue la conseillère en tendances à la campagne. Elle vient d’ouvrir « Ma boutique » en contrebas du restaurant. On y trouve des tee shirts 100 % coton bio, des bijoux tricotés, de jolies céramiques d’une artiste de la région de Montélimar, du savon ayurvédique à base de palmarosa & ylang-ylang, du vin du domaine de l’Arsac et plein de bouquins. J’ai le coup de foudre pour un bracelet aux couleurs des sept chakras. Ne doutant pas de ses vertus, j’y glisse mon poignet.

 

Mercredi : Points sensibles

Cet après-midi, nous nous attaquons aux « trigger points », en clair aux points sensibles. Deux balles de tennis glissent le long de ma colonne vertébrale, puis elles viennent se loger dans le bas de mon dos. Mon bassin ondule docilement au rythme d’une musique douce. Pas très confortable, mais je sens que cela travaille ! C’est un vrai massage qui « s’effectue sur les fascias, dénoue les nœuds, permet de retrouver de la mobilité et libère les toxines », explique Sandra. Nous alternons avec des postures de yin yoga. Allongée sur le ventre, le pigeon reste ma posture préférée. Je m’étire voluptueusement. Ma voisine me souffle qu’elle va « tester » demain un massage thaï. Au Domaine du Taillé, comme dans un boutique hôtel, il y a plein de jolies surprises à la carte. Nous terminons la séance en chantant le son OM, le mantra à l’origine de la création de l’univers. J’inspire Om, j’expire Om… Tous les OM s’unissent pour former une grande vague rythmée par le souffle de chaque participant. La vague s’élance, ralentit, reprend, se renforce, puis devient silence. C’est vraiment beau et très apaisant.

 

Retrouvez Sandra Insoha au Yoga Sound Festival en Crète du 5 au 8 Octobre 2017. Informations et réservations sur www.boutiqueyogi.com

 

Jeudi : Partner yoga

Thème de la journée : ouverture et libération des carapaces. Sandra dispose un jeu de cartes devant elle. Mais pas n’importe quel jeu. L’oracle des fées de Doreen Virtue… A tour de rôle, nous tirons une carte. «Timing parfait. C’est le bon moment pour avancer », annonce la fée qui veille sur moi. Une participante fond en larmes. J’apprends par la suite que cette future maman a pleuré de bonheur en apprenant par la carte élue qu’elle attendait une fille. Quelques exercices respiratoires nous libèrent de nos émotions. Nous enchaînons des postures d’ouverture « backbend », le dos cambré en arrière. Avec l’aide de Sandra, je risque la périlleuse posture du chameau en version avancée. Victoire, j’ai posé ma tête sur le tapis. Mon chameau a atteint son oasis ! C’est cela qui est merveilleux avec le yoga, on ne cesse de s’étonner de ses prouesses et de progresser quel que soit l’âge. L’atelier de l’après-midi prend des allures ludiques avec le partner yoga, le yoga pratiqué à deux ou à trois. Nora et moi, nous formons le binôme idéal – même petit gabarit d’1m60 – pour effectuer une demi-douzaine de postures acrobatiques. « Ca va pour toi ? » Dos à dos, la tête en bas, j’interroge ma partenaire soucieuse de ne pas l’écraser de tout mon poids. Je m’étire tout en lui offrant un massage. Vraiment magique ! Nous confrontons nos expériences, nos préférences, changeons de partenaire. Le groupe est joyeux, l’humour fuse. Avec nos smart phones, nous prenons des photos pour immortaliser nos arabesques.

 

Vendredi : Gratitude Un grand cercle clôture la retraite. Nous nous tenons par la main et chantons des mantras. Les visages sont souriants, nettement plus détendus qu’à l’arrivée. Derniers échanges, ultimes recommandations de Sandra. Les participants sont pleins de gratitude pour Sandra qui a su prendre soin de chacun. Caroline et Pierre pleurent d’émotion. Je salue mes nouveaux amis yogis. A regret, il me faut les quitter pour prendre le TGV qui file à une moyenne de 300 km à l’heure vers Paris. Après cette parenthèse spirituelle au vert, vais-je retrouver mes réflexes pour conduire ma vie comme un train à grande vitesse ? Vais-je en avoir envie ? Mais puis-je faire autrement avec un agenda déjà rempli de reportages et d’interviews ? Ces réflexions se bousculent dans ma tête. Il est encore un peu tôt pour que je fasse le bilan de cette retraite. Mais l’âme sereine et le cœur joyeux, je me sens suffisamment rebelle pour envisager quelques moments de paresse dans ma vie parisienne.

 

Témoignages

 « J’avais besoin de faire le point sur ma vie de couple »

Jane, 28 ans, danseuse, Versailles.

« J’avais besoin de me retrouver seule pour fait le point sur ma vie de couple et ma vie en général. Mais où aller ? J’ai tapé les mots clés « stage de yoga » sur Google le lundi et, en fin de semaine, je m’installais au Domaine du Taillé. J’ai pu m’isoler pour faire la sieste, méditer, écrire. Au bout de deux jours, je me suis sentie nettement plus sereine. Je découvre le yoga, une pratique complémentaire à la danse, plus dans l’introspection. Cela m’a donné envie de m’inscrire à un cours à la rentrée. »

 

« J’ai vécu mon deuil dans un lieu apaisant »

Olympie, 46 ans, entrepreneur, Aix-en-Provence

« Après avoir passé mes vacances en Inde avec mon mari et mon fils, j’ai souhaité m’accorder un temps de solitude. Mon père est décédé il y a deux mois, j’étais très attachée à lui. Pendant cette retraite, j’ai lâché des émotions et vécu mon deuil dans un lieu apaisant, en communion avec la nature. Désormais, je médite et je pratique des asanas chaque matin avant le petit-déjeuner. C’est devenu un impératif !» 

 

Sanda InSoha, 33 ans, professeur de yoga nomade 4.0

Diplômée de l’INSA à Lyon, Sandra devient ingénieur en systèmes d’informations dans des grandes entreprises. « Je ne me sentais pas à ma place. J’ai démissionné de manière brutale et je suis partie voyager pour trouver le sens de ma vie. A quatre ans, j’avais découvert le yoga avec ma tante. Très vite, j’ai renoué avec mes premières passions ». Sandra enchaîne avec gourmandise les formations : yoga en Inde, ashtanga et massage thaï en Thaïlande, hypnose à l’Ecole Centrale d’Hypnose à Paris, soins énergétiques avec des guérisseurs… Elle séjourne trois mois à Hawaï aux côtés de Norman Allen, le premier américain à avoir étudié avec Pattabi Jois, le fondateur de l’ashtanga. Migraineuse et sujette à des maladies de peau, elle n’a plus touché un seul médicament depuis son changement de vie. Timide, introvertie et pessimiste, elle est devenue épanouie, joyeuse et confiante. A 33 ans, Sandra a trouvé son chemin de vie. Aujourd’hui, Sandra le professeur de yoga nomade 4.0, anime des ateliers et organise des retraites de yoga en France et à l’étranger (Bali, Mykonos, Ibiza…). Elle a mis au point un coaching en ligne auquel se connectent tous ceux qui veulent suivre ses conseils. Sur sa chaîne Youtube, elle poste une nouvelle vidéo (yoga et tutoriaux) tous les mardis. Après avoir sillonné une partie de la planète, Sandra a eu le coup de foudre pour Venice, « La Venise américaine », à l’ouest de Los Angeles. Elle s’y sent à sa place. Dans ce lieu paradisiaque au bord de la mer, elle a établit « sa base ». Il faut pouvoir suivre la yogini baroudeuse parfaitement bilingue… qui reconnaît avoir un « gros besoin de liberté » et « une recherche de l’éveil ». On peut découvrir ses aventures de folie sur Facebook et Instagram. Ces réseaux virtuels facilitent la mission de Sandra : « Je veux que mes expériences personnelles et mes valeurs aident chacun à trouver son chemin de vie. Il est possible d’être heureux sur le plan professionnel, sentimental, relationnel et avoir une bonne santé. »

 

*Tous les prénoms des participants ont été changé

 

Contributeur : Corine Moriou

Journaliste indépendante, Corine Moriou est professeure diplômée de la FFHY, Fédération française de hatha yoga. Ex-Grand Reporter pendant 15 ans au groupe Express, elle a interviewé 5 000 personnes, visité 70 pays, usé 100 paires de chaussures, échangé 10 000 sourires et rires. Ses sujets favoris sont le yoga, le développement personnel, le bien-être et la santé. Elle organise des Yoga Parties à Paris, une formule alliant cours de yoga, méditation et dînette entre les participants.

 

Retrouvez tous nos stages et retraites au Domaine du Taillé sur www.boutiqueyogi.com

 

Très belle journée, Namaste

© Toutes copies et reproductions interdites, contenu édité et publié par YJ France Medi