S’éveiller et briller

Sun Salutation

Par Kelly McGonigal

 

Chaque jour, l’aube est une nouvelle opportunité d’inviter l’énergie divine du Soleil dans notre vie. Dans la tradition ayurvédique, « Brahma muhurta » (« moment de Dieu ») désigne la dernière phase de la nuit, juste avant le lever du Soleil, celle durant laquelle l’esprit est supposé être le plus calme et le plus clair. « L’ayurvéda recommande de se lever tous les jours à cette heure-ci », indique Ganesh Mohan, spécialiste, professeur védique et enseignant de yoga à Chennai, en Inde.

 

Tous les dimanches matin, Christopher Key Chapple invoque l’énergie grandissante du Soleil de façon à donner à ses cours de yoga un souffle plus profond et généreux. Chaque séance commence par huit cycles de Sûrya Namaskar, ou Salutation au Soleil. Ses étudiants lèvent les bras au ciel puis se penchent en avant, vers le sol, comme pour se prosterner devant le Soleil : ils vénèrent ainsi l’énergie solaire, source de vie, exactement comme le faisaient, jadis, les anciens yogis.

En répétant la séquence dans chacune des quatre directions cardinales, les étudiants exécutent un rituel de gratitude silencieux, mais pourtant très puissant. Key Chapple, professeur de théologie comparative et hindoue, explique que cet enchaînement réveille non seulement le corps, mais il nous appelle également « à étirer notre esprit et notre âme jusque dans les recoins de l’Univers, nous permettant ainsi de ressentir l’immense étendue du cosmos dans chacun des mouvements de notre corps ».

Sûrya Namaskar n’est rien d’autre que l’incarnation du mantra Gayatri, une prière sacrée adressée au Soleil. « En levant les bras au ciel et en nous inclinant vers l’avant, nous honorons la terre, les cieux et tout ce qui est vivant et nourri par le cycle respiratoire », poursuit le professeur.

« En abaissant notre corps, nous nous connectons à la terre. En nous relevant de terre, nous nous étirons à nouveau à travers l’atmosphère dans un mouvement dirigé vers le ciel. En joignant les mains devant le cœur en position de Namasté, nous ramassons l’espace des cieux dans notre cœur et notre respiration tout en prenant conscience que notre corps constitue le point central entre la terre et le ciel. »

Bien qu’elle ne soit pas toujours enseignée avec une intention aussi noble, la Salutation au Soleil, lorsqu’elle est effectuée avec humilité, n’en reste pas moins extrêmement puissante. On la pratique dans les salles de sport pour stimuler et relier le corps, la respiration et l’esprit. « Elle vivifie l’être tout entier, aussi bien sur le plan physique que spirituel », explique Shiva Rea, créatrice du Prâna Vinyasa Flow Yoga et fondatrice du Global Mala Project.

Pour décrire cet enchaînement d’âsana, Rea préfère utiliser le nom sanskrit, expliquant que la traduction « Salutation au Soleil » ne saisit que mal l’intention et l’expérience du mot « namaskar ». « Le mot “Salutation”, dit-elle, me semble tellement rigide et formel. Il exclut complètement le cœur. “Namaskar” signifie s’incliner, faire une révérence, être reconnaissant de tout son être. Tendre les mains vers le ciel, puis s’incliner et se prosterner devant la terre : la signification est inséparable du mouvement. Cet enchaînement nous fait vivre une expérience extatique de la force de vie qui se répand dans notre corps. »

 

Découvrez la suite de ce dossier et toutes les postures de la salutation au soleil pas à pas dans votre magazine Yoga Journal n°13

 

Très belle journée, Namaste

 

© Toutes copies et reproductions interdites, contenu édité et publié par YJ France Media.

© Photo : iStock