Une eau de joie

Une eau de joie

Par Lionel Piovesan

 

Kiran Vyas est le fondateur en 1983 du premier centre d’ayurveda en France, Tapovan. Il dirige aujourd’hui  deux centres et forme des centaines de personnes. Egalement professeur de yoga, il nous raconte l’eau et notre rapport à l’eau.

 

On dit souvent qu’il est important d’avoir près de chez soi un point d’eau. Pourquoi accorde-t-on tant d’importance à cet élément ?

Parmi les cinq éléments (l’eau, la terre, le feu, l’éther et l’air), l’eau est l’élément de la subtilité et de la fluidité. On la relie directement aux émotions. Lorsqu’on pleure, on se passe un peu d’eau sur le visage et ca va mieux. Elle porte aussi en elle, les germes de la joie. Elle peut laisser jaillir la joie comme l’eau sort d’une fontaine. L’autre caractéristique est qu’elle coule dans la nature du haut de la montagne vers le bas, en direction de la rivière. A la source, il y a un état de joie mais en l’eau descend et on finit par retomber dans la déprime, l’eau n’est pas signe de stabilité. Cette déprime peut être surmontée par le sentiment d’être infini : toutes les eaux, qu’elles soient issues des montagnes, de la pluie ou des ruisseaux finissent dans la rivière et terminent leur course dans la mer. Il y a donc un profond sentiment d’unité au contact de l’eau. Ce sentiment est relié au concept de la conscience. En ayurveda comme en yoga, la conscience est le soi, nous ne sommes rien d’autre que pure conscience. Notre conscience individuelle n’est qu’une partie infinitésimale d’une conscience infinie. L’eau nous aide à nous en rapprocher.

 

L’eau n’a-t-elle pas  aussi un rôle purifiant ?

Grâce à sa circulation, elle a des pouvoirs purifiant. On l’utilise beaucoup pour tous les nettoyages : pour les narines (jala neti), pour les intestins (jala), pour le système digestif (jala dhauti). En Afrique du Nord, les gens boivent le thé vert après l’avoir plusieurs fois versé du verre à la théière et vice versa. Verser de l’eau dans de l’eau va oxygéner le breuvage ce qui fait disparaître tous les mauvais effets de la théine et du sucre en excès. La boisson devient très agréable en bouche. La suite logique de la purification c’est la régénération. Le matin ou en journée lorsqu’on est fatigué, on se passe naturellement un coup d’eau sur le visage pour se réveiller. En Inde, il n’est pas rare de voir des gens debout face au soleil immergés dans l’eau d’une rivière jusqu’au nombril. Leurs deux mains forment un bol rempli d’eau qu’ils offrent au soleil. Elle glisse entre leur doigt mais les rayons solaires passent à travers le mince filet d’eau et diffractent son énergie sous la forme d’un arc-en-ciel. La personne qui offre l’eau bénéficie alors des apports de chaque niveau d’énergie du soleil et des couleurs. Tous ses chakras s’en trouvent abreuver.

 

Découvrez l’intégralité de ce dossier dans votre magazine Yoga Journal n°12

 

Très belle journée, Namaste

© Toutes copies et reproductions interdites, contenu édité et publié par YJ France Media