Vers un élan de paix

Vers Un Elan de Paix

Après les attentats du 13 novembre à Paris, la communauté des yogis s’était mobilisée de diverses manières sur l’ensemble du pays avec des messages de paix et de compassion. Quand l’histoire se répète de manière douloureuse et violente, comme cela a été le cas à Nice, il est intéressant de regarder ce qui a été fait pour tenter d’évacuer le traumatisme et la souffrance.
Par Anaïs Joseph

Une fois la vague de tristesse maîtrisée, les professeurs de yoga, les responsables de centres, les pratiquants engagés, sont allés puiser en eux la force de vie, le prāna, pour se rassembler et se poser face aux actes terroristes. Dans le 7e arrondissement de Paris, à l’Église américaine, une cinquantaine de yogis se sont réunis une semaine après les tueries. La foule qui se presse mélange professeurs et élèves, dont certains ont amené leurs enfants, leurs parents, leurs amis. Le besoin d’être ensemble a dépassé les limites de la seule communauté des yogis confirmés.

Un cercle se forme autour de dizaines de bougies allumées pour l’occasion. Les lumières s’éteignent et Anne Vandewalle, professeure de yoga, cofondatrice de European Yogi Nomads et initiatrice du rendez-vous, introduit la soirée. Elle invite chacun à se reconnecter à cet espace de paix imperturbable qu’est l’espace intérieur. À travers différentes pratiques alternant chants, méditations et bols tibétains, chacun est incité à se tourner vers lui-même, mais aussi à recevoir les bienfaits de la présence des autres qui se trouvent autour.

Parmi les professeurs présents, beaucoup racontent l’intensité des cours qu’ils ont donné la semaine suivant les attentats : les élèves parfois effondrés, le besoin aigu de retrouver un ancrage, de regagner leur sécurité. Francesca Lisci Krim, professeure italienne installée à Paris, explique comment elle essaye d’aider chacun, élève ou non, à voir et à retrouver la sensation de joie en eux, même dans ce moment difficile. Vanessa est venue avec sa fille, adolescente. Après l’onde de choc, elle invite ses élèves et amis professeurs à aider les non pratiquants de yoga ou de méditation à voir et à vivre le moment présent. D’autres font écho à son engagement en rappelant que chaque adulte peut participer au refus collectif de la violence et de la perpétuation d’une société divisée.

Pendant la soirée, les enfants se fraient régulièrement un passage jusqu’au centre pour déposer des mandalas coloriés à la lueur des bougies. En fin de soirée, tous viennent ajouter un mot personnel écrit au feutre : « L’amour qui nous unit nous rend plus fort chaque jour », « L’amour et la sagesse sont liées d’amitié »… Eux aussi ont leur mot à dire. Ils seront demain porteurs des valeurs et des messages de bienveillance que nous essayons de semer.

Une pensée pour toutes les victimes innocentes du terrorisme à Nice et dans le Monde, OM Shanti