Viparîta Karanî Mudrâ, l’acte de s’inverser

S'inverser

Par Boris Tatzky

 

Parmi les postures célèbres dans le Hatha-Yoga, une place privilégiée a toujours été réservée aux postures inversées. En laissant de côté l’aspect spectaculaire de ces postures qui, in fine, possède un intérêt limité, nous allons essayer de définir en quoi ce choix correspond à un ensemble de valeurs fondamentales dans cette discipline.

 

Prise de la posture

Premier degré : initier l’inversion
Sur le dos, repliez les genoux pour amener les pieds à plat au sol écartés de la largeur du bassin, tibias verticaux, pieds et cuisses parallèles entre eux. Les bras sont un peu dégagés du corps, paumes des mains tournées vers le haut. On peut aussi placer les paumes contre le sol si on a besoin de l’appui des bras pour soulever le bassin. Sur une expiration, enroulez le bassin en plaquant les lombaires au sol et, en inspirant, poussez avec les pieds dans le sol pour soulever le bassin, fessiers serrés. Appuyez les épaules au sol en amenant la poitrine vers le menton. Placez un coussin sous le bassin pour le surélever et tendre les deux jambes à la verticale. Les pieds sont flexes. Bras tendus, les mains viennent tirer derrière les cuisses pour garder les jambes stables à la verticale.

Rôle de la respiration dans la posture :

Inspiration : appuyez mieux les épaules au sol et poussez les genoux et les pieds vers l’avant.

Expiration : serrez mieux les fessiers, poussez le pubis vers le haut et conservez les deux jambes tendues à la verticale.

 

Découvrez le deuxième et le troisième degré de la posture dans votre magazine Yoga Journal n°13

 

Très belle journée, Namaste

© Toutes copies et reproductions interdites, contenu édité et publié par YJ France Media.
© Photo : Lionel Piovesan – Modèle : Maëlle Maisin