Vivre, aimer, apprendre

Be of those who lend a hand where they can

Par Shannon Sexton

 

Les réunions de famille devraient être un moment de plaisir, de célébration et de retrouvailles avec nos proches. Mais elles font parfois jaillir des émotions diverses, voire contradictoires, nous faisant passer du rire aux larmes en plein repas quand le souvenir d’une personne défunte ou d’une âme sœur perdue ressurgit sans crier gare. Face à l’adversité, qu’il s’agisse d’évènements récents ou de plaies anciennes encore non cicatrisées, certaines séances de yoga peuvent apaiser la douleur ressentie.

Seane Corn est professeure de yoga et dirige des ateliers destinés à guérir des peines de cœur dans le monde entier. Selon elle, l’auto-guérison par le yoga est possible : l’objectif est d’évacuer le chagrin et de recharger les batteries émotionnelles. Pour y parvenir il faut d’abord comprendre l’origine de notre souffrance. Les recherches montrent que la passion amoureuse augmente la production de dopamine et d’ocytocine, deux hormones qui stimulent les centres du cerveau liés au plaisir. Le taux de ces hormones de bien-être chute dès que le sentiment amoureux disparait, faisant place à des hormones liés au stress (l’adrénaline et le cortical) sources d’anxiété et de tristesse. Présents en abondance, ces hormones du stress déclenchent une réaction de lutte ou de fuite dans notre système nerveux. Ce phénomène augmente la circulation du sang dans les muscles, laquelle inhibe l’action et provoque parfois une sensation d’oppression dans la poitrine. Le fait de perdre un parent, un animal de compagnie, un emploi ou toute autre chose à laquelle on était profondément attaché peut entraîner une réaction similaire.

On peut avoir le cœur littéralement brisé pour bien d’autres raisons. Mais rassurez-vous, tout comme les blessures physiques, les peines de cœur s’atténuent avec le temps. Le yoga y contribue aussi : de plus en plus de recherches montrent que les asanas (les postures) et le pranayama (la respiration) peuvent améliorer l’humeur et apaiser les nerfs. Des conditions préalables pour rester calme et confiant mêmes sous la pression d’évènements extérieurs, a fortiori un deuil. Pourquoi ne pas s’accorder un moment pour se faire du bien ? Quinze minutes de yoga par jour peuvent aider à relâcher les tensions physiques et émotionnelles. C’est alors l’occasion d’être plus disponible pour les autres.

 

Découvrez l’intégralité de cet article et la séquence pour guérir le coeur dans votre magazine Yoga Journal n°2 disponible en version papier et digitale.

© Toutes copies et reproductions interdites, contenu édité et publié par YJ France Media.

Photos : iStock / PeopleImages