Yoga : Cours particulier, cours de groupe ou pratique en solo ? Quelle solution vous convient ?

Rear view of group of people doing Yoga meditation exercises on a terrace.

Par Jérôme Lemaître,

À l’approche d’une nouvelle année, on a toujours une foule de bonnes résolutions qui nous viennent à l’esprit : se remettre en forme, faire plus d’exercice, manger plus de légumes, prendre plus de temps pour la famille, remettre de l’ordre dans ses finances, etc.

Et, si vous lisez ces lignes, c’est que le yoga est un centre d’intérêt pour vous et que vous souhaitez vous y mettre, vous y remettre ou même vous y perfectionner. Alors, quelle est la meilleure solution pour vous ? Un cours particulier ? Un cours de groupe ? Une pratique en solo à la maison ? Dans cet article je présente les pour et les contre de chacune de ces options pour vous permettre, je l’espère, de faire un choix éclairé !

Cours particulier

Les pour

Le cours particulier est très certainement la meilleure des trois solutions. Vous avez accès à un professeur de yoga rien que pour vous. Si en plus celui-ci a une formation reconnue, vous vous assurez d’avoir un cours de qualité qui va vous aider à aller plus loin, plus rapidement.

Je ne m’étendrai pas sur le sujet des fédérations et des associations, car il en existe beaucoup. En France, vous avez par exemple la Fédération Nationale des Professeurs de Yoga et la Fédération Française de Hatha Yoga, pour ne nommer que celles-là. Au Québec et en Amérique du Nord, il y a la Yoga Alliance et la Fédération Francophone de Yoga. Demandez à votre professeur ses certifications, cela vous assurera un gage de qualité dans votre pratique !

Les contre

Il n’y a pas beaucoup de « contres » aux cours particuliers, si ce n’est le prix. Alors qu’une séance de cours en groupe coutera de 10 à 20 €, il en coutera de 30 à 60 € pour une séance particulière, et peut-être même plus pour des professeurs de renom. Reste que c’est un investissement qui en vaut la peine puisque vous identifierez précisément ce dont vous avez besoin avec le professeur et que celui-ci vous proposera un programme sur mesure, adapté à vos besoins.

Par exemple, si Adho mukha Svanasana (le chien tête en bas) vous procure des douleurs aux poignets, vous allez régler cette situation avec le professeur, plutôt que de faire une énième salutation au soleil dans un cours de groupe, qui n’aidera pas votre problème du moment. Si aujourd’hui vous débordez d’énergie et que vous ne tenez pas en place, le professeur va vous proposer une série dynamique, adaptée à vos besoins.

Dans un cours de groupe en revanche, le professeur ciblera la moyenne des besoins. S’il estime que la majorité du groupe a plutôt besoin de se détendre sur le tapis, vous risquez de vous voir proposer une méditation dans laquelle vous serez incapable de tenir en place plus de 3 minutes, car pour l’instant, votre corps doit bouger !

En résumé, dans un cours particulier, vous vous garantissez l’attention pleine et entière d’un professeur qualifié et vous allez progresser très vite. On pourrait même dire que le cours particulier pourrait être « rentable » puisqu’en quelques cours particuliers, vous allez débloquer sur des points qui accrochent pour vous, que ce soit les asanas, les pranayamas ou la méditation.

Cours de groupe

Les pour

Le cours de groupe, c’est l’occasion de faire un peu de social, c’est un bon moment à passer avec les amies et c’est plus payant pour la santé que de se faire un trio fast-food ou d’aller au cinéma. Dans un cours de groupe, non seulement le professeur est là pour nous, mais le groupe aussi nous soutient. Bien sûr, cela est vrai uniquement si le professeur a su instaurer un climat propice à l’ouverture, au respect et à la non-compétition.

Des cours de groupe, il y en a partout. Une étude américaine de 2016 rapporte même que les studios de yoga sont loin d’avoir le monopole du yoga et que l’on trouve des cours un peu partout : dans les salles de sport, dans les associations locales et les centres communautaires, au travail, dans les sous-sols d’église, etc. Ça fait beaucoup de yogis et de yoginis en dehors des studios ! Ainsi, il est aujourd’hui très facile de trouver un cours de groupe.

Les contre

Autant les cours de groupe sont excellents pour voir du monde, se motiver et se discipliner entre amis, autant ils ont leurs limites dès que vient le temps de progresser ou de s’attarder à une situation particulière. Même si le professeur peut adapter en partie son cours aux cas particuliers, il ne pourra pas passer beaucoup de temps avec chacun d’entre vous et il ajustera son cours en fonction du niveau moyen du groupe.

Vous êtes au-dessus de la moyenne et vous avez hâte de découvrir de nouveaux défis ? Il vous faudra patienter. Et peut-être même longtemps… D’un autre côté, si vous êtes sous la moyenne, il y a fort à parier que vous ne vous sentiez pas à votre place dans ce cours et que vous alliez voir ailleurs. Le pire scénario serait que vous concluiez un peu trop vite que : « le yoga, ce n’est pas pour moi ! ». Non, ce n’est pas ça, c’est juste que le cours que vous avez suivi n’était pas adapté à vos besoins.

Même si la plupart des professeurs se font un devoir d’instaurer une attitude d’ouverture et de respect, le poids du regard des autres peut peser lourd dans la balance de s’investir dans un cours de groupe. Si vous vous sentez présentement limitée dans vos capacités physiques, il y a fort à parier que le cours de groupe amplifie ce sentiment, si vous n’y prenez pas garde. Si vous êtes un peu mal à l’aise avec quelques rondeurs mal placées ou au contraire avec l’absence de celles-ci, le cours de groupe pourrait être pour vous un défi supplémentaire.

Si vous vous reconnaissez dans ce scénario, mon conseil serait de ne pas vous arrêter à cela. Le yoga, ce n’est pas à propos du regard des autres. Vous le faites pour vous. Pour vous faire du bien. J’en conviens, c’est plus facile à dire qu’à faire, mais essayer et vous verrez la différence sur le tapis. Au pire, parlez-en à votre professeur. C’est lui qui mène le bal et il est de sa responsabilité d’installer un climat respectueux dans ses cours. Et si cela ne fonctionne toujours pas (mais j’en doute…), il sera toujours temps pour vous d’aller voir ailleurs.

 

Pratique en solo

Les pour

La facilité ! Directement dans le confort de votre salon, un tapis, un bouquin de yoga ou une vidéo sur Internet et c’est parti mon kiki ! Rien de plus simple, me direz-vous ? Quand vous voulez ! De la manière que vous voulez. Vous êtes crevée et vous avez juste une envie : Savasana (posture du cadavre). Allez-y le temps que vous voulez, personne ne vous regarde ;). Vous n’avez pas le temps de pratiquer ce matin ? Pas de problème, vous vous reprendrez ce soir…

Et en plus, ce n’est pas cher ! À l’extrême, il vous suffit d’utiliser les vidéos gratuites sur YouTube ou même d’emprunter un livre à la bibliothèque et pour à peine quelques euros, le yoga vous est accessible. La pratique en solo, c’est la facilité à l’état pur. Pas de structure. Pas de professeur. Pas d’obligation. La belle vie en sommes. Vraiment ?

Entendons-nous, la pratique en solo, ce n’est vraiment pas pour tout le monde. En tant que professeur de yoga, je suis convaincu qu’elle a sa place dans une pratique complète toutefois, je recommande de la complémenter de cours particuliers ou de cours de groupe. Je m’explique. Si par exemple, vous suivez un cours particulier pour amenuiser vos symptômes d’anxiété reliés à une passe difficile dans votre vie. Le professeur va vous montrer des exercices adaptés à vos besoins et il sera alors important de les refaire par vous-même à la maison afin de tirer le bénéfice de ces exercices. Ou encore, vous faites un ou plusieurs cours de groupe par semaine et vous voulez refaire certains des exercices à la maison pour mieux les intégrer.

Les contre

À l’origine, le yoga était transmis de maître à discipline, selon une tradition orale. De nos jours, cette tradition a éclaté et le concept même de maître à discipline peut sembler louche… Pourtant, nous avons bien des maîtres d’école qui nous enseignent, des professeurs d’université qui nous démontrent, des médecins qui nous soignent et des thérapeutes qui nous conseillent…

Par exemple, il ne vous viendrait pas à l’idée de vous automédicamenter dans le cas d’une maladie grave, n’est-ce pas ? Il ne vous viendrait pas non plus à l’idée de passer l’examen d’entrée du barreau sans avoir au préalable longuement étudié avec de bons professeurs ? Quelques rares personnes pourraient réaliser cet exploit, mais pour la plupart d’entre nous, ce serait l’échec assuré.

Eh bien, c’est pareil pour le yoga. Si vous utilisez la pratique en solo comme complément d’une pratique avec un professeur, votre pratique à domicile va amplifier les effets du yoga et c’est d’ailleurs vivement recommandé. Par contre, si vous tentez de vous dépatouiller par vous-même, il y a fort à parier qu’au final, cela ressemble plus à des économies de bouts de chandelles…

Combien de temps allez-vous passer à vous documenter ? À consulter différentes sources ? À essayer de comprendre par vous-même comment placer le pied correctement dans Vrksasana (l’arbre) ou comment intégrer l’ancrage des fémurs dans Salabhasana (la sauterelle) ? Et pour les postures, passe encore, des images sont disponibles sur le Net. Mais comment prendre pleinement la mesure d’un Pranayama ? Comment obtenir ses effets désirés ? Est-ce que les sensations que vous ressentez sont normales ? Le faites-vous comme il se doit ?

Au final, si vous vous mettez au yoga par vous-même, vous risquez de tourner en rond, de stagner dans votre pratique et peut-être même de vous blesser ou d’épuiser votre système nerveux. Et enfin, que dire de la motivation ? La pratique en solo requiert une discipline de fer ! Vous êtes fatiguée ce matin ? Il faudra quand même vous lever pour pratiquer ? On est le soir, les enfants sont couchés, le tapis est déroulé et vous êtes fin prête pour votre séance de yoga ? Ok, que pratique-t-on maintenant ? Par expérience, plusieurs personnes aboutissent dans mes cours, après avoir essayé le yoga en solo. Souvent, elles me disent qu’avoir su, elles seraient venues avant…

 

En conclusion, quelle solution vous convient ?

Bien sûr, on pourra dire que je suis biaisé, car je suis professeur de yoga et je recommande de suivre des cours… Une Lapalissade en quelque sorte. Avant d’aller plus loin, permettez-moi de rappeler que j’ai clairement indiqué que la pratique à domicile a sa place.

En effet, malgré cette apparence de « biais », je pense être honnête et objectif en affirmant qu’un cours particulier est le meilleur moyen de progresser rapidement en yoga, qu’un cours de groupe est un bon support hebdomadaire et que la pratique personnelle doit venir complémenter le tout. Ainsi, je recommanderais au minimum quelques cours particuliers par année, quelques cours de groupe par mois et quelques pratiques à la maison par semaine. Bien sûr, c’est un minimum et si vous en faites plus, ça ne peut pas nuire.

Enfin, si vous avez encore des interrogations concernant la meilleure solution pour vous, n’hésitez pas à en parler autour de vous. Vos amis yogis et professeurs se feront un plaisir de vous partager ce qui fonctionne pour eux. Quoique vous choisissiez, j’espère que cet article aura contribué à vous éclairer sur les différentes façons d’apprendre le yoga (en groupe, en particulier ou en solo) et, peu importe votre choix, je vous souhaite la meilleure des pratiques !

Namasté !

 

Jérôme Lemaître est un expatrié français vivant au Québec. Professeur de yoga certifié par la Yoga Alliance et diplômé d’un doctorat en biologie de l’université Laval, il enseigne le yoga et la méditation dans la région de Québec et a d’ailleurs mis en place un programme de yoga-coaching en ligne. Retrouvez Jérôme sur son blogue (www.jeromelemaitreyoga.com) et sur Facebook (www.facebook.com/jeromelemaitreyoga), où il propose un regard scientifique, honnête et humoristique sur le yoga et la méditation.