Le yoga prénatal, l’allié des femmes enceintes

Staying in shape for baby

Par Maud Dreyer

 

L’attente d’un enfant est un voyage au gré duquel de grandes transformations se produisent sur le plan physique, émotionnel, mental et spirituel. C’est souvent guidées par leur intuition que les femmes enceintes atterrissent un beau jour sur un tapis de yoga … Et l’intuition est bonne puisque l’expérience du yoga, qui s’adresse à l’Être dans sa globalité, accompagne à merveille cette transformation profonde et nous guide paisiblement vers ce premier passage qu’est la naissance.

 

Bien-être du corps

Nous connaissons les bienfaits d’une pratique régulière du yoga sur notre santé ostéo-articulaire, cardiaque, nerveuse, endocrinienne et immunitaire. Mais appliquée aux changements que la grossesse induit dans le corps, elle vient également en parer tous les éventuels désagréments. Les postures spécifiquement adaptées soulagent les tensions du dos, de la nuque et des épaules. Elles agissent sur les douleurs sciatiques, la circulation du sang et les petits troubles digestifs. Les asanas permettent de créer de l’espace sous les côtes et le diaphragme en le libérant de ses tensions ; d’apprivoiser l’équilibre qui change constamment et d’accompagner l’étirement naturel des ligaments qui se produit sous l’effet d’une nouvelle imprégnation hormonale.

Dans le cadre des cours, c’est bien sûr à la respiration qu’est accordée la place centrale. Le premier lien au bébé réside en elle puisque dès les premiers instants de la grossesse, les femmes respirent pour deux. L’oxygène que le bébé reçoit dépend de celui qui circule dans le sang de sa maman. Chaque respiration la relie à la vie et à lui.

Le yoga prénatal invite les femmes à sentir et habiter pleinement leur corps. Au gré de ces neufs mois, elles apprivoisent la sensation de la présence de leur bébé qui vit au rythme des battements de leur cœur, au rythme des va-et-vient de leur diaphragme. Petit à petit, elles lui font de la place dans leur corps… et dans leur vie.

 

Equilibre émotionnel

Si la grossesse défie l’équilibre du corps au fur et à mesure que le fœtus se développe, c’est aussi l’équilibre émotionnel qui se trouve bouleversé par les grands changements hormonaux qu’elle génère.

Les pranayamas (exercices respiratoires) tonifient le système nerveux parasympathique qui est le frein de l’organisme. Ce dernier est responsable de notre capacité à lâcher prise et à nous détendre. Progressivement, à travers ce travail de conscience du souffle et la relaxation, les mamans apprennent à mieux connaître leurs états intérieurs et développent la capacité à se détendre, à lâcher prise.

Transformation du corps et du système hormonal, certes… Mais la grossesse projette aussi parfois les femmes dans une expérience spirituelle inattendue. Elles prennent soudainement conscience qu’elles incarnent la magie de la vie. Au fur et à mesure des neufs mois, la présence de ce bébé les plonge dans l’instant présent et tout devient expérience de vie. Les perceptions de leurs sens s’affinent, elles ressentent le besoin de ralentir et de rencontrer leur nature profonde, leur force intérieure. C’est aussi cette démarche que le yoga accompagne tout naturellement, en leur permettant d’aller visiter leur intériorité avec douceur et dans le respect de leur rythme. Au fond de chacune se trouve déjà une maman en devenir qui sommeille. La pratique du yoga est l’occasion de s’aligner avec elle. En renouant avec l’essentiel en elles, les femmes rencontrent leur potentiel de maman et leurs ressources maternelles.

La méditation peut être le moment de rentrer en contact avec ce petit être en elles, de partager avec lui leur sérénité, de lui accorder leur confiance. Elle offre la possibilité de cette première communication avec le bébé, en conscience qu’il est la représentation de l’amour qu’elles ont à partager.

 

Vers la mise au monde

Le yoga prénatal prépare donc physiologiquement à la naissance et le travail respiratoire, au-delà du fait qu’il développe la capacité à prendre de la distance, libère également des endorphines qui peuvent atténuer la douleur. Mais, dans le cadre de cette préparation à l’accouchement, le yoga agit à bien d’autres niveaux.

Au fil de la pratique, il devient plus aisé de ne pas se laisser envahir par les appréhensions qui peuvent émerger concernant le jour J. Les outils ancestraux du yoga apprennent à accepter ce qui est, à être en présence de l’inconfort. Ils agissent notamment sur le rapport à la douleur qui, nous le savons, peut être amplifiée par la perception qu’on en a. L’état d’esprit, s’il ne supprime pas la douleur, peut aider à la percevoir différemment et ainsi à aborder les contractions et la naissance avec plus de sérénité.

Si le yoga s’adresse à tous, à tous les moments de notre vie, la grossesse est un moment privilégié pour le découvrir parce qu’être au plus près de qui nous sommes vraiment et être en paix avec soi est un merveilleux point de départ pour accueillir l’être qui vient au monde.

 

Maud Dreyer, Professeur de yoga, yoga prénatal et yogathérapeute

www.namasteyoga-annecy.fr

 

Cet article vous a plus ? Découvrez un dossier complet sur le yoga prénatal dans votre magazine Yoga Journal n°2 disponible en version papier et digitale.

 

© Toutes copies et reproductions interdites, contenu édité et publié par YJ France Media.

Photos : iStock / jeffbergen