fbpx

Anatomie de la hanche

Par Tiffany Cruikshank

 

Concentrez-vous sur la stabilité de vos hanches plutôt que sur leur ouverture

 

En yoga, on a tendance à supposer que les étirements peuvent guérir nos problèmes. Prenez par exemple l’insaisissable « ouverture des hanches. » On considère souvent les pratiques d’ouverture des hanches comme le remède contre tous nos maux. On imagine qu’avoir des hanches ouvertes nous permettra de croiser nos jambes dans des postures complexes telles que padmâsana (posture du lotus). Mais il est possible qu’au bout du moment, cette amplitude de mouvement si convoitée commence à jouer en notre défaveur.

C’est ici qu’entre en jeu l’hyperlaxité, terme générique faisant référence à une amplitude de mouvement excessive au niveau d’une articulation et d’un manque de stabilité pour accompagner cette mobilité. L’hyperlaxité peut être présente dès la naissance ou se développer à travers des étirements réguliers. Dans l’articulation de la hanche, cela peut également découler d’une faiblesse des muscles stabilisateurs des hanches – les petits, moyens et grands fessiers entre autres – si l’on reste trop souvent en position assise ou si l’on réduit notre activité physique. N’importe qui peut développer une hyperlaxité des hanches, particulièrement dans le monde du yoga où l’on se concentre beaucoup sur des étirements longs et intenses pour ressentir ce relâchement musculaire si agréable.

Prenez par exemple une posture classique d’ouverture des hanches : eka pada rajakapotâsana (posture du pigeon royal sur une jambe). Pour certaines personnes, cette posture s’apparente à une posture de détente et elles  continuent donc à chercher un étirement plus intense en explorant des variations plus ardues. Pourtant, étirer des zones déjà souples accentue l’hyperlaxité. De prime abord, ceci ne semble pas poser problème – un étirement intense fait du bien et soulage – mais le cartilage et les ligaments qui entourent l’os subissent également l’impact de nos mouvements. Un étirement trop intense peut les surmener et réduire leur force et leur stabilité, diminuant leur fonction de soutien indispensable à l’intégrité de l’articulation de la hanche.

Alors, au lieu de continuer à étirer en profondeur des zones déjà souples, observez les zones où vous êtes raide ou ressentez des faiblesses. Ensuite, explorez des postures qui mettront au défi la force de vos hanches. Concentrez-vous donc sur la stabilité de vos hanches plutôt que sur leur ouverture. Cela dit, inutile de trop analyser les choses ; il suffit simplement d’être pleinement conscient de ce que vous ressentez et d’accepter cet état.

Pour comprendre les effets de l’hyperlaxité articulaire au niveau de la hanche, il faut d’abord connaître ses cinq principales couches, de la plus profonde à la plus superficielle. La structure osseuse de l’articulation est composée de la tête du fémur – en forme de sphère – qui s’emboîte dans la cavité de l’os iliaque appelée cotyle (ou acetabulum

 

Découvrez la suite de cet article dans votre magazine Yoga Journal n°5 disponible en version papier et digitale

 

Très belle journée, Namaste

© Toutes copies et reproductions interdites, contenu édité et publié par YJ France Media.

 

Illustration : Michèle Graham

Laisser un Commentaire