fbpx
  /  Pratique   /  Anatomie   /  Anatomie : Préserver ses poignets

Anatomie : Préserver ses poignets

Anatomie : Préserver ses poignets

Par nature, nos poignets sont particulièrement sujets aux blessures dans les postures d’appui. Apprenez à les protéger pendant votre pratique.
Par Ray Long, MD
Illustration et photo de la main : Michele Graham. Photos des postures : Rick Cummings. Modèle : Olivia Hsu

Radius
Os du carpe et ligaments
Articulations métacarpo-phalangiennes (ou « coussinets » des doigts)
Cubitus (ou ulna)
Muscles de la main

Si votre pratique implique de nombreuses transitions entre le Chien tête en bas (Adho Mukha Svanasana) et le Bâton en appui sur quatre membres (Chaturanga Dandasana), il est possible que vous ressentiez des douleurs aux poignets ou qu’elles surviennent un jour. J’anime des ateliers dans le monde entier auprès d’enseignants et d’élèves désireux d’approfondir leur pratique. Vingt-cinq pour cent de mes élèves admettent souffrir des poignets pendant les « vinyasas » (l’enchaînement des postures suivantes : Chien tête en bas/Bâton en appui sur quatre membres/Chien tête en haut/Chien tête en bas). En étudiant l’anatomie des poignets, on constate que ces structures fragiles sont sujettes aux blessures si le poids n’est pas bien réparti et si les mouvements sont répétitifs.

Vos poignets sont constitués de nombreuses parties mobiles. Elles prennent leur origine à la jonction des os de l’avant-bras (le radius et le cubitus) et de l’os du carpe, lui-même constitué de huit os. Trois d’entre eux sont reliés à l’avant-bras, les cinq autres aux métacarpiens. Un ensemble de ligaments relie les différents os entre eux. Les muscles et les tendons entourent les os et permettent de bouger le poignet et les doigts.

Étant donné cette complexité, un mauvais alignement des os, des ligaments et des muscles dans les postures où l’on est en appui sur les poignets peut provoquer des douleurs et entraîner deux pathologies en particulier.

Pour lire la suite, abonnez-vous !

A partir de 3,90€ par mois, sans engagement

Laisser un Commentaire