fbpx

Angèle Ferreux-Maeght : la fée bonheur au pays des délices !

Par Anne PIOVESAN

Une couronne de fleurs sur la tête, des yeux pétillants pleins de malice et un petit brin de folie. Rencontre avec la fée Angèle aux pays des délices.

Angèle Ferreux-Maeght se passionne pour la cuisine et les produits que nous offre Dame Nature. En 2012 elle crée à Paris La Guinguette d’Angèle, service de traiteur bio et détox sans gluten… Une cuisine saine, joyeuse… et délicieuse.

Anne Piovesan Racontez-nous votre parcours…

Angèle Ferreux-Maeght : La bonne cuisine a toujours représenté un aspect très important de ma vie. Au fil des années et de mes voyages j’ai décidé de faire de cette passion un métier. J’ai passé mon bac à San Francisco, ensuite je suis allée vivre en Australie puis au Brésil. De retour en France j’ai croisé la route de Céleste Candido, une naturopathe qui a guidé mes choix. Sa spiritualité et les préceptes de la naturopathie m’ont tellement séduite que j’ai débuté mes études de naturopathe au CENATHO à Paris.

Avec l’expérience ma pratique en cuisine a évolué (sans gluten, sans lactose, biologique, basse température, crue, vegan, paléo) et j’ai commencé à avoir de nombreuses demandes. Ma cuisine « vitaliste » a bien plu. Le bouche-à-oreille a fonctionné et, en 2012, La Guinguette d’Angèle est née ! Pour combler les envies de gourmandises quotidiennes, j’ai ouvert en 2015 une boutique du même nom à Paris.

Y.J. : Pourquoi le choix du bio ?

A.F.-M. : J’ai toujours été proche de la nature. Petite, le potager de la maison était mon terrain de jeu favori. Ce respect de la terre est une évidence lorsque l’on a un minimum de conscience. Consommer des produits bruts, sains, cultivés sans produits chimiques, sans additifs, c’est du bon sens, tout simplement. La cuisine à mes yeux est un véritable art de vivre qui contribue à un mode de vie sain. J’ai souhaité concilier gastronomie et santé, bien-être et plaisir, car j’en suis sûre, se nourrir sainement et avec plaisir contribue au bonheur.

Y.J. : Le goût, le plaisir des sens, l’esthétique sont-ils pour vous le meilleur moyen d’inciter les sceptiques à découvrir que l’on peut faire de la gastronomie avec des produits bio ?

A.F.-M. : Pour moi la digestion commence par les yeux : il faut que ce soit beau pour que l’on ait envie de goûter. Moi-même très gourmande, pas question au nom de l’éthique de manger une nourriture sans aucune saveur.

Je pense que c’est une façon d’intéresser les sceptiques que de les convaincre par le goût.

Y.J. : Avez-vous des produits-cultes ?

Oui, énormément. Je travaille beaucoup avec les graines germées, de bonnes huiles crues, des céréales complètes et des oléagineux en tout genre. Et aussi les fleurs comestibles (bourrache, onagre, capucine…) car, en plus de colorer et d’habiller joliment les plats, elles ont de multiples vertus. J’aime que les plats soient hauts en couleurs, riches en saveurs et regorgent de vitalité.

Y.J. : Quel est votre dessert fétiche ?

Un délicieux cheese-cake sans gluten ou une crème d’amande.

Y.J. : Quelle est la recette dont vous êtes particulièrement fière ?

Il y en a beaucoup ! En cuisine, c’est l’effervescence, j’ai une équipe formidable, joyeuse et particulièrement créative. Nous avons développé une mousse au chocolat vegan sans œufs, sans beurre, sans sucre, sans farine…avec l’eau de cuisson des pois chiches !

Pour retrouver l’interview complète et la recette d’Angèle, rendez-vous sur Yoga Journal N°6

Très belle journée, Namasté

Pour retrouver l’actualités d’Anne et obtenir des conseils sur la cuisine saine, consultez son blog : https://dejeunerssurlherbe.com

Laisser un Commentaire