fbpx

Chemins de vie : Yoga et Ecologie (suite)

Suite de notre série chemins de vie : Yoga et Ecologie ; Nous sommes allés à la rencontres d’enseignants de yoga particulièrement engagés dans l’écologie.

Magali Tirel, en osmose avec la Terre Mère

Enseigne le yoga à Nice et dans l’eau

Après avoir été un combat, l’eau est devenue une thérapie. Magali découvre les conflits sociaux liés à l’eau avec les Indiens du Mexique. Elle s’implique dans leur lutte pendant sept ans et revient, comme tout soldat, avec une partie d’elle-même écorchée. S’ensuit une période de pèlerinage aux sources du Gange (Inde) puis une installation à Nice où elle enseigne le yoga dans le centre qu’elle a fondé en 2011, Iyari Yoga studio. L’eau est toujours présente, avec une technique de relaxation aquatique, le janzu.

« L’eau, c’est la vie, c’est parfois aussi la mort quand elle vient à manquer, quand elle est extrêmement polluée ou qu’elle nous inonde. On a de la chance ici. Ailleurs, la situation est plus grave… Mais du coup, on a tendance à perdre le contact avec cet élément : presque personne ne sait de quelle rivière provient l’eau qui sort de son robinet, quelle vallée ou quelle montagne l’a vue couler. Et ça aussi c’est grave. Déconnectés de la Terre Mère, on oublie que l’humanité et la biosphère sont liées, que l’avenir de l’une dépend de la santé de l’autre.

De mon côté, j’ai choisi de prendre soin de mes trois maisons, selon la proposition du philosophe Félix Guattari : la grande maison, notre planète Terre – en essayant de ne pas la consommer ; notre maison sociale, l’humanité – en essayant d’être plus sage dans mes relations aux autres ; la petite maison, notre corps – c’est là que la pratique du yoga prend toute sa mesure, parce qu’elle nous amène à changer notre relation à nous-mêmes et au soi, vers plus de conscience et d’amour. Ainsi, l’écologie devient holistique, ce n’est plus seulement défendre la nature et l’environnement. »

www.iyari.fr

Céline Miconnet, de la conscience aux évidences

Fondatrice de Green Yoga®

Au départ était le yoga. Pour Céline, la méthode Iyengar pendant douze ans, puis de l’Ashtanga et du Kundalini Yoga, toujours accompagnés par des approches différentes comme le reiki, le chamanisme, la méditation. Au centre Himayoga qu’elle a fondé à Paris en 2002, elle enseigne le Green Yoga®, synthèse de ce qu’elle a expérimenté en vingt ans de pratique pour développer son corps et sa conscience. Objectif : « se reconnecter à la nature et à notre nature profonde ».

« La première chose que je fais en me levant le matin, c’est aller promener mon chien dans les bois avoisinants. Ma pratique commence là, lorsque je respire l’air frais, que je touche la rosée et que je regarde les feuillages. Je suis connectée au moment présent, à ce qui m’entoure. Ensuite mes émotions sont apaisées, je discerne mieux ce qui est juste de ce qui ne l’est pas. L’éveil de conscience généré par le yoga entraîne un passage à l’action. Dans la Bhagavadgîtâ, texte de référence du yoga, ce principe d’action est essentiel, on l’appelle le Karma Yoga. Maintenant, comment agir pour l’environnement ? Chacun fait en fonction de ce qu’il juge possible avec sa propre clarté mentale. Chez moi, j’ai un compost et la maison est construite avec des matériaux écologiques. À Himayoga, j’utilise du vinaigre et du savon pour le nettoyage. Mais je ne crois pas au “survivalisme”, nous n’allons pas retourner volontairement à l’âge de pierre, ce serait trop destructeur. Et en yoga, nous ne sommes pas des guerriers contre ci ou contre ça mais des missionnaires de l’ouverture. Heureusement, des solutions émergent un peu partout sur la planète. »

Site : www.green-yoga.fr

Dossier complet à retrouver dans Yoga Journal N°7
Très belle journée, Namasté

 

1 commentaire

Laisser un Commentaire