fbpx
  /  Pratique   /  Degrés   /  Cultiver l’adaptation avec Kapalasana

Cultiver l’adaptation avec Kapalasana

Les postures inversées sont excellentes pour apprivoiser nos peurs. Découvrez quatre étapes vers l’apprentissage de la posture sur le Crâne, en toute sécurité et humilité.

Par Boris Tatzky*

© photo Istock / YinYang

 

La réalisation des postures inversées représente un challenge toujours tentant mais délicat pour qui n’est pas très entraîné, autant pour son implication psychologique que physique. Au moins dans sa phase d’apprentissage, cette posture engendre une absence des repères familiers, souvent une confrontation avec la peur de chuter, et elle appelle à une capacité de réponse dans une situation non-habituelle, « renversante ». Apprivoiser sa peur sera une première victoire dans son initiation personnelle.

Parmi les inversions classiques proposées dans le hatha yoga, Kapalasana est paradoxale. Elle est, en effet, assez facile d’accès pour maintenir l’équilibre mais beaucoup plus épineuse pour la colonne cervicale. Nous allons donc la présenter avec une progression en quatre degrés qui intègrent la vigilance et l’humilité afin que chacun s’ajuste en toute liberté, en tenant compte de la réalité de ses possibilités. Les exercices nécessaires pour préparer la posture sont supposés avoir été réalisés.

 

1er degré, la préparation

S’asseoir sur les talons, orteils rentrés, poser le front au sol puis soulever le bassin des talons et faire rouler doucement le crâne sur le sol. Attention : ni le front, ni le sommet du crâne ne doivent être en appui au sol – l’appui s’effectue sur l’espace crânien situé entre les deux. Les genoux restent au sol, les cuisses sont à la verticale, les mains se placent de part et d’autre des genoux, paumes à plat au sol. Les doigts des mains sont orientés soit vers l’avant, soit vers les côtés, selon le confort pour l’appui au sol. Les avant-bras sont parallèles entre eux.

Points extrêmement importants : il faut étirer la nuque en pressant les mains dans le sol et en amenant les épaules en arrière en direction des hanches, tout en rentrant le menton. La nuque doit constamment demeurer allongée et rester lisse, exempte de tous plis. Elle ne doit jamais s’affaisser. Les genoux restent au sol, cuisses parallèles entre elles.

Dans ce premier palier, à chaque inspiration, vérifier l’étirement de la nuque et, à chaque expiration, rentrer profondément l’abdomen.

Ce premier degré, facile à réaliser, génère quand même les effets doux et bénéfiques des inversions.

 

Pour lire la suite, abonnez-vous !

A partir de 3,90€ par mois, sans engagement

Laisser un Commentaire