fbpx
  /  Sante et Bien-etre   /  Heureux à tous les âges

Heureux à tous les âges

Les recherches prouvent que la clé du bonheur, cest de rester présent et daccueillir tous les cadeaux quapporte chaque décennie. Voici comment être heureux à tous les âges.  

Par Aimee Heckel* 

© Photo Istock 

 

Jai eu 40 ans en mai dernier et, apparemment, je suis sur le point daffronter des années de désespoir. Car, si je me fie à mes amis et collègues qui ont franchi ce cap quelques années avant moi (sans parler des chercheurs), la « crise de la quarantaine » mattend au tournant. Mais je ny crois pas une seule seconde. Certes, il me faut au moins une heure de méditation avec une seule chaussette au pied (si, si !) et une tasse et demie (ni plus, ni moins) de tisane Nuit paisible pour réussir à mendormir, mais je nirai pas jusquà parler de crise.  

 

Toutefois, les nouvelles sont bonnes. Des études menées par David Blanchflower et des chercheurs britanniques suggèrent que le bien-être « diminue de façon constante (à lexception dune impulsion vers le milieu de la vingtaine) jusquà lâge de 50 ans environ, puis augmente jusquà 70 ans, avant de reculer légèrement jusquà 90 ans ». Le bonheur se renforce avec lâge, comme un bon vin. Mais avant cela, on fait quoi? Les quadragénaires de mon espèce sont-ils voués à se morfondre et à attendre leur heure jusquà lobtention des offres senior? Non merci. Heureusement, Matt Killingsworth, chercheur à luniversité de Pennsylvanie aux États-Unis, nest pas tout à fait de cet avis. Il a découvert que le bonheur tient à la présence  ne pas ressasser le passé ni même aspirer à la retraite. 

Pour ma part, jai décidé de trouver une manière de traverser ce soi-disant point le plus bas sans passer par la case crise. Quoi quen dise la tendance, il y a forcément un moyen dêtre heureux à tout âge.  

 

Dailleurs, cest quoi le bonheur ? 

Il va de soi que la définition que lon donne au bonheur en affecte la perception. Dans lunivers du yoga, par exemple, il existe au moins quatre types de bonheurs. Santosha (contentement) traduit un sentiment de bien-être, de satisfaction par rapport à ce que lon a, qui lon est et où lon en est dans notre vie. Nous sommes plus heureux lorsque nous ne rêvons pas dêtre mieux, plus riche, plus doux, plus ceci ou plus cela. Sukha (simplicité ou, littéralement, espace agréable) représente le confort et la douceur que lon peut ressentir même au cœur de la confusion ou de la tempête. Pour certains, mudita (la joie bienveillante) est la forme de bonheur plus compliquée à atteindre. Elle nous demande de nous réjouir pour ceux qui sont plus heureux que nous, dêtre content de la bonne fortune dont bénéficient les autres, même sils possèdent ce que nous convoitons. Ananda, létat de félicité intense, se présente à nous lorsque nous arrêtons de rechercher le bonheur et en faisons simplement lexpérience. Georg Feuerstein, yogi et érudit, écrivait quananda est « ce que nous ressentons lorsque notre corps tout entier irradie dallégresse, que nous avons envie denlacer tout le monde et tout ce qui nous entoure ». Le dalaï-lama lui-même affirme que le bonheur tient principalement à « un sentiment de profonde satisfaction ». Selon Matt Killingsworth, toutes ces définitions « sont liées à la présence ». 

 

Pour lire la suite, abonnez-vous !

A partir de 3,90€ par mois, sans engagement

Laisser un Commentaire