fbpx

« Il n’y a pas d’appli pour le bonheur »

Max Strom, professeur de yoga et auteur, observe un lien direct entre progrès technologique et diminution du bonheur. Pour lui, nous devons accélérer notre développement personnel et partager, le plus possible, les enseignements de la sagesse du yoga.

Par Lionel Piovesan et Stephanie Schauenburg

 

Pourquoi ne décidons-nous pas de nous déconnecter plus souvent?
Le développement technologique a été extrêmement rapide. Aujourd’hui, nous sommes toutes et tous connecté.e.s en permanence. L’industrie du marketing se révèle par ailleurs incroyablement intelligente. Les spécialistes dans ce domaine ont maintenant une longueur d’avance sur les psychologues : ils savent exactement comment les gens réagissent et peuvent anticiper tous leurs désirs.

Nous, êtres humains, avons tendance à vouloir échapper à nos problèmes et à nous distraire – et nous disposons maintenant de tous les moyens pour le faire. Et au lieu de percevoir et d’approcher les problèmes… nous les esquivons. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime aujourd’hui que 300 millions de personnes dans le monde souffrent de dépression et presque autant de troubles de l’anxiété. Cela devrait donc être le plus grand défi de notre époque et, pourtant, nous ne réagissons pas vraiment.

 

On pourrait penser que les smartphones et les réseaux « sociaux » relient les gens et enrichissent leur vie…
Nous avons l’illusion d’être mieux connecté.e.s et dans la communication les uns avec les autres par le biais de ces réseaux. Mais, en réalité, les gens se sentent de plus en plus seuls : alors que nous devrions nous toucher et nous serrer dans les bras, nous décrochons le téléphone… 90% de la communication humaine est non-verbale. Si je vous envoie un e-mail pour vous demander comment vous allez et que vous me répondez «Je vais bien» avec un smiley derrière, je devrai vous prendre au mot. Une fraction du message lui-même et les émoticônes ne peuvent pas indiquer de façon crédible si une personne est heureuse, anxieuse ou en colère.

Ce dont nous avons vraiment besoin, c’est que quelqu’un nous regarde et nous soutienne. En janvier 2018, le Royaume- Uni a nommé pour la première fois un ministre de la Solitude. Cela indique bien l’ampleur de notre problème.

 

Dans votre livre, Il n’y a pas d’application pour le bonheur, vous décrivez trois «impératifs» pour résoudre ce problème (voir encadré). Quel est le plus important?

La respiration: les yogis sont assis sur une mine d’or et ils n’utilisent pas assez cette richesse. Même durant les crises de panique, mon expérience m’a montré que quelques exercices de respiration simples s’avèrent souvent plus efficaces que les pilules les plus puissantes. Dernièrement, un nombre croissant de médecins et de psychothérapeutes viennent à moi et veulent apprendre et transmettre ces techniques – enfin!

Pour lire la suite, découvrez nos offres

A partir de 3,90€ par mois, sans engagement !

Laisser un Commentaire