fbpx

La Bhagavadgita illustrée

Il aura fallu plus d’une année de recherche pour finaliser cet ouvrage. Un grand format comportant 291 pages sur un papier à fort grammage et présenté avec l’élégance maîtrisée par les Editions Diane de Selliers. 90 peintures et miniatures indiennes datant du XVIème au XIXème siècle illustrent le texte indien le plus lu au monde, la Bhagavadgîtâ.
Par Anaïs Joseph

Agrégé de philosophie, docteur en histoire des religions, Marc Ballanfat a traduit du sanscrit le texte présenté dans les pages de cet ouvrage. Pratiquant le yoga, il expose de manière claire ce qui réunis le texte et le yoga.

Quel est le lien entre la Bhagavadgîtâ et le yoga ?

À l’époque de sa composition (IIe av J.-C), ni l’école philosophique du Yoga ni la pratique du yoga ne sont établies. Ce poème introduit des éléments de réflexion qui serviront par la suite à l’élaboration philosophique du Yoga ; par exemple, l’importance accordée par le poème à la discipline du mental (manas) annonce les aphorismes des Yogasûtra où il est question de stabiliser les opérations du mental (cittavritti). Le poème mentionne aussi des postures simples comme siddhâsana, la « posture du yogin qui atteint la perfection ». Enfin, l’ascèse est présentée comme une valeur centrale. Le yoga est ascèse à partir du moment où Krishna, le Dieu incarné en cocher du valeureux guerrier Arjuna, enseigne à ce dernier qu’il doit pratiquer le détachement dans l’action (karmayoga) s’il veut dépasser le dilemme moral dans lequel il est enfermé et qui l’empêche d’agir.

Que nous raconte ce poème ?

Arjuna doit mener son armée sur un champ de bataille pour combattre ses parents. S’il le fait, il enfreint les normes de la famille qui commandent de protéger toute la lignée ; s’il refuse, il transgresse les normes de la classe des guerriers qui lui ordonnent de faire la guerre. La bhagavadgîtâ, par la voie de Krishna, lui rappelle qu’il est dans l’illusion du choix. Il doit répondre à son devoir de guerrier mais peut renoncer aux bénéfices d’une guerre qu’il gagnerait (gloire, richesse, puissance). Ce faisant, il ne trahit pas sa famille et concilie les deux nécessités.

Que tirer des enseignements de la Bhagavadgîtâ ?

Dans l’histoire de l’humanité, ce chant offre une solution de sortie. L’humanité peut sortir de la logique du « ou » et mettre en pratique la logique du « et » : au lieu de croire qu’il faut toujours choisir entre deux voies, par exemple le développement économique ou le respect de la nature, il importe aujourd’hui de concilier les deux, le développement et l’écologie, sur le modèle de la bhagavadgîtâ.

 

Editions Diane de Sellier, sortie le 20 octobre

3 albums seront à gagner en participant à notre concours dans Yoga journal N°10

Pour vous abonner au magazine et le recevoir directement dans votre boîte à lettre, c’est ici :

http://www.boutiqueyogi.com/12-abonnements

Très belle journée, Namasté

 

1 commentaire

Laisser un Commentaire