fbpx

Le yoga a changé leur vie

Par Julien Levy

 

Le yoga ne se limite pas à dérouler son tapis pour prendre des postures plus ou moins exotiques. C’est une véritable voie de transformation, un révélateur pour éclore à soi-même.

Et la chrysalide devint papillon… Dans l’inconscient collectif, cette image est l’illustration classique d’une métamorphose. Dans le yoga, plusieurs allégories viennent à l’esprit : celle du feu intérieur de la transformation (tapas), celle du dieu Shiva, le premier des yogis, qui détruit pour reconstruire…

Révélateur de l’être humain, le yoga peut conduire à un tel changement. Arnaud Desjardins (maître spirituel décédé en 2011 – ndlr) l’analysait ainsi : “La transformation est une bascule, où l’égocentrisme perd son pouvoir et la profondeur de nous-même s’impose avec l’intuition de ce qui doit être accompli”, (France Culture, 2010). Pour désigner ce passage, les spiritualités utilisent des mots très forts comme “éveil” ou “libération”. Mais personne n’est obligé d’aller aussi loin, car pour reprendre la maxime attribuée à Nietzsche, “Deviens ce que tu es”, le yoga permet tout simplement de vivre et ressentir cela. Bernard Werber, l’auteur de La Trilogie des fourmis, l’affirmait dans notre précédent numéro : “La découverte du yoga à 13 ans a changé ma vie.” Il a vécu un éveil mystique précoce qui a “inspiré toute la partie spirituelle de (ses) romans”. Pour la chanteuse malienne Inna Modja, excisée lorsqu’elle était enfant, le yoga a été une voie d’acceptation : “Je fais du yoga depuis plus de dix ans et cela m’a beaucoup aidée à me reconstruire psychologiquement”, nous confiait-elle lorsque nous l’avions rencontrée en 2016.

Au fil de ce dossier, nous partons à la rencontre de pratiquants, débutants et plus expérimentés, pour lesquels le yoga a été le catalyseur d’une vie nouvelle. Le changement a pu se produire sur le plan physique, psychologique, émotionnel, professionnel… ou tous à la fois ! Ces témoignages émouvants contiennent en eux toute la puissance et l’authenticité du yoga, graine d’inspiration pour cette pause estivale.

 

Des vagues déferlantes au lagon

Le processus de transformation de Patanjali expliqué sur la plage.

Avec l’apaisement des vagues de l’esprit peuvent s’effacer les empreintes profondes sur le sable de notre conscience (les samskaras). Ces traces subliminales apparaissent et causent de la distraction ; ou disparaissent et permettent l’attention. Lorsque la pleine présence l’emporte sur l’inattention, la transformation (parinamah) peut opérer et nous guider vers un état de paix intérieure. Ce processus en trois phases est décrit dans les aphorismes III.9 à 13 des Yoga-Sutras de Patanjali.

Canaliser les pensées et empreintes constitue la première étape. Les déferlantes du mental retrouvent le lit du fleuve pourrait-on dire. Suit la transformation dite du samadhi, c’est-à-dire la capacité à trouver des moments d’attention exclusive. Là, nous sommes bercés par des vaguelettes, mais les prochaines déferlantes guettent. Dans une troisième phase, l’état de méditation s’installe. Nous sommes dans un lagon calme et ressentons quelques frémissements des vagues se refermant sur la barrière de corail, au loin…

 

Alain Gilles

“Le yoga m’a aidé à me sevrer de l’alcool”

alain_gilles

Ancien déménageur, Alain Gilles était autrefois réfractaire au yoga. A l’hôpital, il a découvert un outil qui l’a soutenu face à son addiction.

“J’ai découvert le yoga lors d’une cure de sevrage alcoolique, à l’hôpital Simone-Veil d’Eaubonne. Cela faisait un an que j’étais dans une phase sombre. Je buvais une dizaine de canettes de bière par jour et fumais des pétards. L’alcoolisme est une maladie vicieuse, elle m’est tombée dessus progressivement sans que je m’en aperçoive. Lors de la cure, je faisais une séance de yoga toutes les deux semaines avec le Dr Borel-Kuhner, yogathérapeute et médecin spécialiste de la douleur. Le yoga est vite devenu un moyen puissant pour ne pas me laisser dominer par les envies irrépressibles, en m’aidant à me recentrer sur la respiration. L’alcool étant un anesthésiant, son arrêt a révélé un début d’arthrose au pied très douloureuse. Le yoga m’a évité l’opération et a soulagé les crises. Grâce à lui, j’ai appris à me dépasser tout en me respectant. Il fait désormais partie des outils d’une nouvelle vie saine et sereine.”

 

Retrouvez le dossier complet dans votre Yoga Journal n°16 disponible en version papier et digitale.

© Toutes copies et reproductions interdites, contenu édité et publié par YJ France Media.

Laisser un Commentaire