fbpx

Le Yoga, la méditation et les thérapies du corps et de l’esprit

Je suis heureux d’être parmi vous aujourd’hui et de vous parler du rapport entre Yoga, méditation et les thérapies du corps et de l’esprit. En effet, le lien entre le yoga au sens large, y compris la méditation, et la thérapie occidentale, a été pour moi un fil directeur, y compris dans mes écrits qui représentent 17 livres. Une convergence certaine entre yoga et thérapies occidentales peut et doit être comprise dans un cadre plus large de l’Orient et de l’Occident au niveau des pratiques d’intériorisation, en particulier entre science et tradition.

Pour ma part, mon itinéraire en Inde m’a amené à travailler pendant 25 ans avec un yogui français en Inde, Swami Vijayânanda, qui avait exercé comme médecin durant dix ans avant de partir pour 60 ans d’affilée en Inde. Il avait une formation scientifique de base, et expliquait que le Yoga était une science, dans la mesure où, si l’on faisait les mêmes expériences dans les mêmes conditions, on obtenait les mêmes résultats.

Francisco Varela était chercheur dans les années 1980-90 à la Salpêtrière à Paris et aux Etats- Unis. Il a collaboré avec le Dalaï-lama pour organiser des rencontres entre méditants et  scientifiques à travers le Mind and Life Institute. Ce mouvement a développé la notion de « science à la première personne » où le sujet est aussi l’objet, comme dans la méditation. Si celle-ci est bien pratiquée, on peut obtenir un bon niveau d’objectivité envers soi-même, d’où cette notion de science à la première personne. B Alan Wallace est dans ce mouvement, à la fois méditant, physicien et docteur en philosophie des sciences. Il a, entre autres, écrit un livre en anglais qui va dans ce sens  et s’intitule « En finir avec le tabou de l’objectivité »

Depuis une vingtaine d’années émerge la notion de méditation laïque. C’est le sujet de mon dernier livre, paru à Paris il y a trois mois en février 2017. On dit qu’il y a environ vingt millions de gens qui la pratiquent aux Etats-Unis. La méditation laïque n’est pas contre la religion, mais en est indépendante. Un travail de fond à effectuer pour les voies traditionnelles, c’est d’extraire de leur ensemble de pratiques de méditation et d’amélioration intérieure, celles qui sont valables pour tous les êtres humains, quelles que soient leurs croyances. C’est en particulier ce qu’a fait le Dalaï-lama dans un de ses derniers ouvrages sur lequel il insiste : « Au-delà de la religion ». J’ai moi-même été amené à pratiquer une forme laïque de méditation lorsque je l’ai enseignée en psychiatrie, en prison et récemment à l’école.

La question de l’engagement personnel dans la pratique reste entière: beaucoup d’études sur la méditation montrent qu’elle est efficace seulement si elle est pratiquée régulièrement. On observe le même phénomène pour les méditations religieuses. En occident, les études sociologiques à propos de la méditation laïque, montrent que ceux et celles qui la pratiquent sont plus diplômés que la moyenne, et savent souvent dépasser le premier stade de recherche de bien-être pour en faire une recherche de l’Essentiel. C’est justement dans ce sens qu’ils souhaitent aller au-delà des formes et coutumes religieuses.

Pour lire la suite, découvrez nos offres

A partir de 3,90€ par mois, sans engagement !

Laisser un Commentaire