fbpx

Le YogiWalkie®, « Une vraie Prise de Terre !»

Interview de Peggy Ménager,

Par : Lionel Piovesan
Elle est arrivée avec un large sourire et plein d’ondes positives. Après des expériences de vie fortes et singulières, Peggy Ménager, coach Yoga, enseignante à La Grée des Landes a créé le YogiWalkie®, une discipline qui associe la marche aux techniques du yoga en pleine nature. Elle s’installe et tout de suite on se sent connectés…

Peux-tu nous raconter ton cheminement vers le yoga ?

J’ai découvert le yoga vers l’âge de 21 ans, mais je n’ai suivi que quelques cours, parce que je trouvais ça trop mou. Puis, à 25 ans, j’ai voyagé 6 mois en Inde Et là je suis tombé sur des personnes qui m’ont enseigné la tradition du Yoga avec de vrais rituels à se lever à 5 heures du matin. C’était vraiment une nouvelle découverte pour moi.. Cela m’a passionné.

Y avait-il une école particulière qui t’intéressait dans le Yoga ?
Pas vraiment. En Inde j’ai pratiqué le Yoga traditionnel, le Ha-tha Yoga. Ça a juste été une histoire de rencontres. J’ai aussi voyagé en Inde et au Népal. A mon retour en France je suis allée travailler dans le milieu de la production télé à Paris, pour Canal +, Le grand Journal. Et
là j’étais vraiment en contact avec le stress. Comment on gère une émission quotidienne avec l’environnement, la pression, tout ça… le stress s’est insinué en moi et pour l’évacuer j’ai fait appel aux techniques que j’avais apprises en Inde. Par chance juste à côté du Grand Journal il y avait l’école Tapovan à Paris, école traditionnelle de Ha-tha Yoga et d’Ayuvéda. J’ai ouvert la porte du studio et j’ai commencé à prendre des cours avec Jean-Paul, il avait 76 ans à l’époque. Son enseignement était assez ludique en plus, donc ça m’a bien plu. Après quelques années, il m’a motivé pour apprendre à le transmettre.

Que faisais-tu exactement chez Canal + ?
J’étais assistante de production. Et puis après, tout s’est accéléré. Ma maman est tombée malade, elle a eu un cancer du Pancréas. J’accouchais en même temps de ma petite fille, Pénélope. Il y a eu un choix à faire. J’avais mon diplôme de Hatha-Yoga, en sachant que ça me servirait un jour. J’étais à Paris, ma mère était en Bretagne. J’ai donc attendu la fin de la saison du Grand Journal, puis j’ai quitté Canal + et Paris, pour m’installer ici en Bretagne, en parallèle j’ai créé BE YOGI, mon école nomade de YOGA. Je venais d’avoir 31 ans.

Comment as-tu aidé ta mère dans la maladie ?

Je l’ai accompagné pendant sa fin de vie, qui a duré encore un an après mon déménagement. Je la massais, nous pratiquions le Prana Yama. Ma mère était professeur de sport et avait un physique assez tonique. Nous marchions, marchions… Elle était persuadée que l’oxygène atténuait sa tumeur. Quand je lis maintenant des rapports scientifiques à ce sujet, je pense qu’elle était dans le vrai.

Et pendant qu’on marchait je lui enseignais des techniques de Yoga, et notamment les techniques de respiration. Et puis voilà elle est partie et petit à petit je me suis mise à pratiquer ça, toute seule.

C’est ce qui t’a amené à créer le yogiwalkie ?

Oui, en partie. C’est aussi le problème des salles, souvent peu adaptées et pas du tout cosy, qui m’a conduit à faire du yoga en extérieur. Cela s’est conjugué avec mon amour de la Nature, mon besoin de voir des arbres, du vert… Je voulais intégrer tous ces éléments dans ma pratique. Et je me suis aperçue que j’attirais d’autres personnes qui n’avaient pas envie de s’enfermer dans une salle.

Comment définis-tu le YogiWalkie ?

C’est une discipline qui se pratique en plein air et associe la marche aux techniques du yoga. J’aime la décrire comme du yoga en 3D : énergie, zenitude et communion avec la Nature. Cela n’est pas qu’une définition symbolique, mais une pratique fondamentalement humaine, vitale et bienfaisante. Nous sommes des bipèdes et marcher stimule notre instinct de vie. Nous avons également tous besoin de ralentir notre rythme de vie et de nous reconnecter à l’essentiel. Pour moi, le YogiWalkie est une vraie prise de terre. Il me permet de retrouver mon équilibre intérieur et de vivre en meilleure harmonie avec mon environnement.

Où et comment pratique-t-on le YogiWalkie ?

Idéalement en pleine nature, peu importe la saison, mais il ne faut pas qu’il vente, ni qu’il pleuve. Je l’enseigne en forêt à la Grée des landes (lire nos articles précédents), car ce site possède une énergie extraordinaire. Il m’arrive aussi de le pratiquer ailleurs, dans mes autres cours, dès qu’il fait beau, on sort.

Cette discipline va rapidement se généraliser. J’ai reçu beaucoup de demande de professeurs de yoga qui souhaitent l’enseigner et la première session de formation se tiendra du 8 au 10 mai 2015. Certains souhaitent même la développer en ville. Je suis en train d’imaginer des petits parcours à réaliser dans les parcs, en « starter » pour démarrer la journée ou pendant la pause déjeuner. Cela peut permettre aux gens qui habitent en ville de recréer un lien avec la Nature et avec leur rythme intérieur, sur des temps plus courts.

Quelles autres techniques de yoga enseignes-tu ?

J’enseigne aussi le hatha yoga, le yoga wellness, basé sur le bien-être, et le happy yoga qui permet de travailler sur le prana yama, la méditation et surtout la joie. J’ai ma personnalité, j’aime bien rigoler et j’essaye de transmettre tout ça pendant mes cours. Ma petite mission, c’est de rendre les gens plus heureux. Le YogiWalkie est justement formidable à ce niveau là. J’ai souvent envie de prendre les gens en photo au départ et à l’arrivée. La transformation est stupéfiante !

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : http://www.beyogiwalkie.com

Le yogiewalkie® est une marque déposée, Peggy Ménager propose une formation pour pouvoir l’enseigner

Laisser un Commentaire