fbpx

Les bases pour bien débuter

Parvenir à établir une pratique régulière de la méditation et en tirer les nombreux bienfaits est bien plus aisé qu’il n’y paraît. Voici quelques étapes simples pour commencer en douceur.

Par Andrew Tilin

 

Les effets bénéfiques de la méditation ne sont un secret pour personne. Du dalaï lama au psychiatre Christophe André, les communautés laïques, spirituelles et scientifiques s’accordent toutes sur ce point. Mais on a beau savoir le bien-être que cette pratique procure, encore faut-il prendre le temps, chaque jour, de s’asseoir pour l’obtenir. Car la constance est essentielle pour mettre à profit la méditation, comme le souligne Sally Kempton, professeure de méditation renommée et auteure du livre Meditation for the Love of It. Je lui ai demandé quelques conseils pour aider les méditants – tant les novices comme moi que les pratiquants occasionnels – à emprunter la voie d’une habitude qui perdure.

Adoptez, tout d’abord, une pratique de base. Si vous n’avez jamais songé à apprendre la méditation, vous savez néanmoins qu’il existe un nombre incalculable de styles et de techniques. Vipassana ou transcendantale ? Avec ou sans musique ? Peu importe, essayez simplement de considérer les différentes approches comme autant de portes qui vous donneront accès à l’état méditatif. Votre pratique de base pourra évoluer ultérieurement.

Faites ensuite de votre pratique une habitude, en prenant des mesures concrètes. Si vous débutez, établissez les conditions qui lui permettront de rester constante et régulière : la même heure, le même coussin, le même coin tranquille. Notre esprit et notre corps ont des rythmes naturels. Ils réagissent de façon positive à une heure de méditation quotidienne fixe, ainsi qu’à des signaux visuels et sensoriels (coussins, vêtements, bougies et espaces dédiés à la méditation). Les neuroscientifiques soutiennent que les habitudes se forment via une « boucle d’habituation » en trois étapes : le cerveau nous pousse à effectuer une action en réaction à un signal, nous en tirons satisfaction, cela renforce la boucle et nous donne envie de recommencer.

En créant des conditions favorables à notre routine de méditation, on ne se contente pas seulement de produire les signaux qui diront à notre esprit et à notre corps qu’il est temps de nous tourner vers l’intérieur, on augmente aussi considérablement nos probabilités de nous y mettre réellement.

Toutefois, ajoute Sally Kempton, « ne restez pas bloqué sur l’idée que vous devez absolument méditer à heure fixe, ou dans certains habits ». Car on peut tout à fait méditer sur le banc d’un parc public, dans un bus, un avion ou encore dans une voiture à l’arrêt.

 

Pour lire la suite, découvrez nos offres

A partir de 3,90€ par mois, sans engagement !

Laisser un Commentaire