fbpx

Les hormones du bonheur

« Être heureux(se) », nous avons tous et toutes cette ambition dans la vie, n’est-ce-pas ?

Et pour cela, nous cherchons très souvent des réponses à l’extérieur de nous, alors qu’en réalité, elles se trouvent à l’intérieur !

Les hormones du bonheur sont au nombre de quatre et sont des substances chimiques endogènes (c’est-à-dire produites par l’organisme), qui vont générer des émotions ou ressentis positifs et agréables. Leur fonctionnement a été étudié et prouvé par des recherches biologiques et d’imagerie cérébrale. Grâce à notre cerveau, chacune de ces hormones est secrétée dans des situations spécifiques, à la suite de nos comportements et de notre hygiène de vie. La production de ces hormones est donc à la portée de tous ! Comprendre leur fonctionnement est donc indispensable pour apprendre à les activer au quotidien, selon les besoins !

La dopamine est l’hormone de la joie, de l’action. Elle est liée au plaisir et aux sensations et fournit de l’énergie pour agir. Elle permet la motivation, la prise de décisions, la créativité, la régulation de la mémoire, la concentration, l’apprentissage et l’attention. Pour l’activer, il convient de dormir en quantité suffisante, faire du sport ou être en mouvement, prendre conscience des choses positives, fêter les succès ou faire et recevoir des feedbacks positifs, écouter de la musique et manger des aliments qui nous procurent du plaisir.

L’ocytocine est celle du lien social et des relations. Elle permet la confiance, l’intimité, la complicité, la loyauté, le respect et favorise les interactions sociales positives et les comportements altruistes. Pour la sécréter, il est recommandé de faire des compliments, sourire aux gens, prendre quelqu’un dans ses bras, faire une bonne action et méditer.

La sérotonine est quant à elle l’hormone de l’humeur et de la confiance. Elle est la source de la sérénité, l’optimisme, la plénitude, le contentement et l’empathie. Pour la stimuler, il est conseillé de faire une activité physique en plein air, pratiquer la gratitude, se rappeler de bons souvenirs, pratiquer les techniques de relaxation (méditation, yoga…), changer de routine et adopter de nouvelles pratiques.

Enfin, l’endorphine est reconnue pour être l’hormone du bien-être ou antidouleur. Elle nous apporte un sentiment de calme, de détente. Elle réduit le stress, l’anxiété et a un effet antalgique. Elle est produite notamment lors de la pratique d’un sport nécessitant un effort significatif, lorsque nous rions ou pratiquons une activité qui déclenche de l’amusement (regarder un film, faire un jeu, écouter un humoriste…) ou encore lorsque nous dansons ou chantons.

Au-delà de toutes ces pratiques qui permettent de déclencher ces substances endogènes, le yoga peut être utile à plusieurs niveaux. D’une part, cette pratique à elle seule, est une réelle source d’activation de ces hormones du bonheur et notamment de la sérotonine. D’autre part, le yoga permet de se recentrer sur soi-même, d’avoir une bonne connaissance de soi et de ses émotions, et c’est cette bonne conscience de soi et de ses ressentis qui peut permettre d’apprivoiser au mieux ces ressources que nous avons en nous. Le yoga, comme nous le savons déjà, a donc un effet sur notre bonheur à court terme, mais aussi à moyen et long terme !

 

Catherine BEAUDOUIN

Coach en développement personnel

www.cbcoach.fr

Podcast : La Boîte à clés

© Toutes copies et reproductions interdites, contenu édité et publié par YJ France Media.

© Unsplash / Artem Beliaikin @belart84

Laisser un Commentaire