fbpx
  /  Pratique   /  Séquences   /  Les muscles fessiers, votre meilleur atout 2

Les muscles fessiers, votre meilleur atout 2

Postures : Amy Dalton;
Styliste: Emily Choi;
Coiffure/maquillage: Beth Walker;
Tenue: Lorna Jane

Un atout notre popotin ? Vraiment ? Mais oui, deux fois oui, nos fesses sont réellement utiles. Les fessiers – grands, moyens et petits- nous permettent avec l’aide de muscles stabilisateurs, de faire une rotation interne et externe de la cuisse ; de diriger la jambe vers l’arrière ; de stabiliser le fémur dans l’articulation de la hanche. La solidité des fessiers peut avoir un impact considérable sur la posture et peut prévenir ou soulager les douleurs de dos, de hanches et de bassin.
« Les muscles des fessiers ont un rôle vital chez tous les vertébrés, » explique le docteur Loren Fishman, professeur adjoint au Centre médical de l’Université de Columbia et auteur de cinq ouvrages sur le yoga. « Ils nous aident à nous lever, marcher et procréer. Ils sont parmi les plus gros muscles du corps et nous servent aussi de coussin pour s’asseoir. »
Malheureusement, notre mode de vie moderne peut entraîner un sous-développement ou un surdéveloppement de nos fessiers, voire, des déséquilibres entre fessiers gauche et droit. Ces derniers peuvent nuire à la mobilité des hanches et du sacrum – la zone osseuse située en bas de la colonne vertébrale. De plus, cela peut créer une instabilité ou des douleurs dans les postures de yoga telles que les flexions avant, les postures debout et les postures d’équilibre. Les coupables ? Certains sports pratiqués à outrance, comme la course à pieds ou la sédentarité des métiers de bureaux.
Leslie Howard, enseignante en yoga thérapeutique basée à Oakland, souffrait d’un plancher pelvien hypertonique douloureux (pathologie impliquant une raideur des muscles du plancher pelvien), ce qui l’a amenée à chercher des solutions à travers le yoga. Elle a découvert que ses fessiers étaient peu musclés. Le fait de renforcer ces muscles et de les engager lors des postures debout ou en équilibre l’a aidé à atténuer ses douleurs en position assise et lors des rapports sexuels.
« En tant que yogis, on nous a toujours appris à faire une bascule du bassin (rétroversion) pour certaines postures de yoga, » explique le Dr Howard. Or cette consigne incite les élèves à trop arrondir le bas du dos et à aplatir les fesses. « Si vous rentrez trop le bassin, les muscles des fessiers ne sont plus actifs. » Il faut au contraire utiliser ces muscles à bon escient : en les engageant sans trop les contracter, dans les positions debout, en marchant ou en pratiquant des postures telles que vrksâsana (posture de l’arbre), ou virabhadrâsana I, II et III (postures du guerrier I, II et III). Si vos fessiers sont inactifs dans ces postures, c’est que vous vous reposez sur d’autres muscles stabilisateurs tels que les fléchisseurs des hanches, le psoas et le carré des lombes situé dans le bas du dos. Les mauvais alignements ayant des répercussions dans tout le corps, les personnes faisant systématiquement une rétroversion du bassin souffrent souvent de douleurs dans le bas du dos près des articulations sacro-iliaques, à la jonction entre la colonne vertébrale et le bassin.

Dossier complet à retrouver sur votre yoga journal N°4
http://www.boutiqueyogi.com/magazines/49-yoga-journal-numero-4.html

DIAGNOSTIC
Faites les postures 1 et 2 pour évaluer l’état de vos muscles fessiers.

2 Ardha dhanurâsana, variation
(Demi-arc, variation)
Pour vous aider à comparer les déséquilibres entre le côté droit et le côté gauche, restez en position allongée, le front reposant sur la couverture. Sur une inspiration, fléchissez les genoux et créez un angle de 90 degrés entre les tibias et les cuisses. Gardez les talons au-dessus des genoux et les pieds flex. Placez le bout des doigts au centre de vos grands fessiers, de chaque côté, et activez ces muscles tout en engageant légèrement la sangle abdominale. Faites une légère rotation externe des jambes en pressant les pieds l’un contre l’autre pour vous aider à activer les muscles. Sur une autre inspiration, soulevez les genoux et les tibias en dirigeant les pieds vers le plafond autant que possible. Vous n’irez pas très haut. L’idée est d’engager simultanément les fessiers et les ischio-jambiers. Si vous remarquez un déséquilibre, pressez le talon du côté faible contre le talon du côté fort pour tenter d’activer le fessier moins actif. Restez dans cette position le temps nécessaire pour évaluer l’état de vos fessiers. Relâchez sur une expiration.

Pour vous abonner à Yoga Journal et bénéficier de remises allant de 20 à + de 40%, retrouvez toutes nos offres sur : http://www.boutiqueyogi.com/12-abonnements

Copyright Yoga Journal, toute copie de ces textes où de ces images est interdite

Laisser un Commentaire