fbpx

Le voyage comme bien commun

 Maurice Freund, alias « Le Robin des airs », a inventé il y a quarante ans un tourisme capable d’associer voyage et engagement solidaire.

Avec une association à but non lucratif, Maurice Freund a brassé des millions de dollars sans jamais gagner plus que le SMIC. Tout était réinjecté dans son association, « Point Mulhouse », qui a lancé les premiers longs courriers peu chers vers des zones souvent enclavées. Son objectif ? Rendre le voyage accessible aux bourses légères et apporter une aide aux populations locales.

L’évêque de Madras

Nourri par les rapines de ses copains gitans, les tournées de bars de ses mères de substitution mais aussi le discours des prêtres latinistes de son orphelinat, Maurice Freund se forge une enfance sans identité. Dans le grand brouillon de son adolescence, l’altruisme demeure toutefois une ligne de conduite inflexible.

Son désir d’aider l’autre se précise avec les récits d’un évêque de Madras venu présenter son travail dans le pensionnat du jeune Maurice qui s’éprend d’une mission : creuser avec cet homme les puits qui permettront aux Indiens d’accéder à l’eau potable.

Voler pour la bonne cause

Charismatique et dévoué, Maurice Freund rallie facilement des centaines d’adhérents, donateurs et bénévoles à l’aventure de son association « Point Mulhouse » (1965), devenue « Point Afrique » en 1996. Avec l’argent glané, les « Pointistes » se rendent en Inde d’où ils reviennent convaincus du bien-fondé de l’expérience. Mais les vols sont trop chers et les déconvenues trop nombreuses…

Maurice propose d’affréter des avions pour organiser lui-même les vols avec une équation nouvelle : faire décoller des avions pleins à l’aller comme au retour grâce à des passagers prêts à faire l’un des trajets par voie terrestre. L’opération est un succès et « Point Mulhouse » fait pâlir d’envie les compagnies aériennes nationales.

Avec un souffle d’utopie

Dans les avions, les Pointistes côtoient désormais des touristes solidaires, des aventuriers, des humanistes… qui suivent des circuits en marge, comme celui de la découverte des volcans avec le couple de volcanologues Krafft, ou un vol pour le Burkina Faso grâce auquel Pierre Rabhi, a pu créer le premier centre mondial d’agro-écologie. En 1974, alors que le gouvernement d’Allende est destitué, le directeur de Point Mulhouse conduit clandestinement 200 réfugiés chiliens en Suisse et finit en prison dans une cellule bolivienne.

Au fil des ans, il devient un homme d’influence sans pour autant arriver à juguler la montée des violences au Sahel ni les réactions de l’Élysée. En 2007, après l’assassinat en Mauritanie de quatre Français, revendiqué par Al-Qaida, les lignes ferment une à une : Gao, Mopti, Atar, Agadez, Tamanrasset, Faya… et les populations sont isolées. À contrecœur Maurice Freund cède « Point Afrique » à ses derniers salariés qui la rebaptisent « Point Voyages » et proposent des destinations moins compliquées. Toujours animé par l’espoir et l’envie, le Robin des airs affirme qu’il attend « la brèche pour repartir ».

Est-ce ainsi que les hommes volent ?, Maurice Freund, éd. de la Martinière, 2016.

Article à retrouver dans votre Yoga Journal N°8 

Très belle journée,

Namaste

Laisser un Commentaire