fbpx

Méditation de pleine conscience

Pratiquez cette méditation sur les éléments pour vous apaiser et vous relier à toutes vos forces intérieures.

Par Frank Jude Boccio*

 

« Il n’existe aucun lieu où chercher le mental ; c’est comme les empreintes des oiseaux dans le ciel. » Zenrin-kushū.

Si vous avez déjà suivi une séance de méditation, vous avez probablement reçu des instructions spécifiques concernant l’objet de concentration : votre souffle, un mantra ou la flamme d’une bougie, par exemple. Bouddha lui-même a proposé plus de quarante supports de méditation, y compris les sensations physiques, les états mentaux et des expériences de vie spécifiques.
La méditation n’est pas une pratique, mais un état auquel on accède lorsque tout ce qui devait être « accompli » l’a été. Swami Satchidananda, fondateur du yoga intégral, a un jour déclaré : « La méditation est un accident, et les pratiques de yoga nous rendent enclins aux accidents. » De telles « pratiques » encouragent l’assise comme conscience elle-même, sans point d’attention précis, afin de maintenir une attention régulière sur tout ce qui peut émerger dans votre conscience. Comme le disent les Yoga-Sutras de Patanjali (Y.S. II. 46-48) à propos des asanas : « La posture est stable et aisée, rendue possible grâce à la concentration du mental sur l’infini et l’abolition d’un effort de volonté. Quand cela est atteint, les couples de contraires ne font plus obstruction. »
Plus facile à dire qu’à faire. Ce n’est pas pour rien que le mental est comparé à un singe ivre ! Même lorsque vous essayez de vous concentrer sur un objet, une pensée peut se présenter à vous, qui vous mène à une autre, jusqu’à ce que, quinze minutes plus tard, vous émergiez d’une rêverie.
Il y a une différence subtile entre avoir conscience d’une pensée et avoir une pensée. Une pensée dont vous avez conscience en y accordant une attention « nue » (sans vous y accrocher, ni la rejeter) semble légère. Sans réaction de votre part pour l’alimenter, elle se présente à vous comme une bulle qui finit par « éclater » ou se dissiper d’elle-même plutôt que de s’appesantir en vous. Cette conscience sans choix demande de la pleine conscience, un mode de pensée fondé sur l’acceptation et l’absence de réaction.

Pour lire la suite, découvrez nos offres

A partir de 3,90€ par mois, sans engagement !

Laisser un Commentaire