fbpx

Méditation : en quête de sérénité

Que vous soyez néophyte ou que vous pratiquiez régulièrement la méditation, il est parfois difficile d’apaiser le mental et de favoriser l’introspection. Voici quelques astuces pour y parvenir même quand cela semble hors d’atteinte.

La méditation : un vrai défi

Après avoir goûté aux bienfaits de la méditation – ces doux instants de paix intérieure, de clarté mentale et de connexion profonde – il est souvent compliqué d’atteindre à nouveau cet état de quiétude. Cela peut être assez frustrant. Comme la majorité des gens, vous avez peut être parfois tendance à vous projetez dans l’avenir, à vous agitez et à ne pas à rester en place. Au contraire, vous êtes parfois dans un tel état de léthargie que vous avez du mal à rester éveillé.

Ne vous découragez pas ! Méditer en toute sérénité n’arrive pas par magie. Voici un moyen d’y parvenir : grâce à la respiration, vous pouvez vous nourrir du flux de prāna (force vitale) pour vous aider à augmenter, réduire ou canaliser votre énergie et ainsi favoriser concentration et détente.

La clé de la réussite

Trop souvent, on essaie de commencer à méditer sans observer au préalable notre état mental, physique et émotionnel. Commencez donc en faisant rapidement un balayage corporel. Allongez-vous sur le dos, jambes tendues, et visualisez rapidement les différentes parties du corps. Observez la manière dont il réagit : commence-t-il à se détendre ou à se crisper ? Fermez les yeux et sentez le poids de votre crâne et de votre bassin, le contact de votre dos sur le sol. Passez ensuite en revue chaque partie de votre corps, l’une après l’autre. Commencez par les orteils et remontez dans les jambes et la colonne vertébrale, puis les épaules, les bras, la nuque et le visage. Certaines zones s’éloignent-elles du sol ? D’autres sont-elles davantage en contact ?

Observez vos pensées qui défilent dans votre esprit. Voyez-vous perpétuellement une liste de choses à faire ? Êtes-vous en train de ressasser une conversation passée ou de planifier l’avenir ? Si tel est le cas, placez une main sur votre cage thoracique et prenez un instant pour sentir les battements de votre cœur. Laissez votre conscience s’imprégner de son rythme, puis dirigez votre attention vers votre cœur émotionnel. Ressentez-vous de la tristesse, de la joie, de l’angoisse ? Ne vous concentrez sur aucun de ces ressentis, faites-vous simplement une idée de votre humeur ici et maintenant. Observez le lien entre votre état émotionnel et votre respiration, entre vos émotions et vos sensations physiques.

Pour finir, observez votre état physique, énergétique, mental et émotionnel tout à la fois. Détendez-vous ensuite dans cet état de conscience.

Souvenez-vous que ces observations peuvent changer d’un jour à l’autre en fonction de l’heure, de votre emploi du temps et de tous les autres facteurs qui influent sur votre énergie et votre humeur.

Surmontez vos obstacles à la méditation

Si vous avez remarqué que votre respiration manquait de fluidité, que vous étiez d’une humeur maussade et que vous aviez le cœur lourd, essayez une pratique énergisante. Votre respiration est rapide, votre esprit agité et votre corps tendu ? Une pratique apaisante sera plus appropriée. Dispersé et déboussolé ? Une pratique de recentrage peut vous calmer. Écoutez votre esprit, votre corps et votre cœur. Ils vous guideront vers une pratique adaptée pour trouver l’équilibre et tourner votre regard vers l’intérieur.

Modèle : Clare Cui ; styliste : Emily Choi ; coiffure/maquillage: Beth Walker

Donnez le ton

Anjali mudrā (le sceau de la salutation)

Ce mudrā, effectué devant le chakra du cœur (anāhata) ou devant le chakra du troisième œil (ājnā) en disant « Namasté », marque généralement la fin de la pratique. Nous honorons ainsi la lumière divine présente en nous-même, chez les autres élèves et chez les enseignants. Ce geste peut également être utilisé au début et à la fin de la pratique de méditation pour exprimer la gratitude et l’union symbolique des opposés tels que le soleil et la lune ou le masculin et le féminin.

Si vous n’arrivez pas à rester éveillé …

Il peut être incroyablement compliqué de garder les yeux ouverts, particulièrement si votre corps est tout mou, si vous êtes d’humeur maussade ou si vous avez le cœur lourd. Cette pratique aide à réveiller l’énergie pour entrer dans la méditation. Il ne s’agit pas de se focaliser sur l’alignement dans les postures mais de synchroniser le mouvement et la respiration en se concentrant particulièrement sur l’inspiration. L’idée est d’allonger progressivement les inspirations, d’inspirer par paliers et de faire une pause avant d’expirer. Faire une rétention d’air poumons pleins peut accroître l’effet énergisant de l’inspiration à la fois sur le corps et sur l’esprit. Cependant, soyez vigilant : si votre respiration s’accélère, retrouvez un rythme naturel et confortable, et prenez des expirations de même durée ou plus longues que les inspirations.

Dossier complet avec sa séquence de yoga à retrouver dans Yoga Journal N°7. Très belle journée, Namasté

Laisser un Commentaire