fbpx
  /  Pratique   /  Tradition   /  Questions autour du Yoga-Sûtra

Questions autour du Yoga-Sûtra

Par Raphaël Voix 

Le Yoga-Sûtra est souvent présenté comme le texte fondateur du yoga, au point de sembler indissociable de son enseignement. Mais que sait-on de ce texte ? Retour sur quelques idées reçues.

Un texte emblématique sans être fondateur

Bien que le Yoga-Sûtra soit l’un des textes sanskrits le plus traduits au monde, les recherches philologiques sur sa composition n’en sont qu’à leurs balbutiements. Elles nous indiquent néanmoins déjà plusieurs choses. Tout d’abord, le Yoga-Sûtra, avec ses 195 aphorismes divisés en quatre chapitres, n’existe pas seul : il fait partie d’une œuvre plus grande, connue sous le nom de Patañjalayogasâstra (PYS) (« Traité du yoga de Patañjali », IVe siècle apr. J.-C.), qui comporte à la fois des aphorismes (sûtras) et un commentaire (bhâsya). La thèse la plus répandue aujourd’hui parmi les sanskritistes1 serait celle d’un seul et même auteur nommé Patañjali, lequel ne doit pas être confondu avec le grammairien sanskrit homonyme qui vécut près de six siècles plus tôt (IIe siècle av. J.-C.), ni même avec l’auteur du traité de médecine (la « Collection de Caraka », Caraka-Samhita). C’est la tradition indienne qui, préférant le mythe aux exactitudes historiques, attribue depuis le Xe siècle à un même Patañjali un traité de médecine, un traité de grammaire (« Grand Commentaire », Mahabhâsya) et le Yoga-Sûtra. Elle a même déifié ce personnage qui, comme en attestent les effigies présentes dans certains studios de yoga, est représenté sous la forme d’un être mi-homme, mi-serpent.

Par ailleurs, ce traité ne peut être considéré comme un texte fondateur. Le yoga a déjà une longue histoire au moment où il est composé, plusieurs aphorismes semblant d’ailleurs être des emprunts. Mais, surtout, aucune communauté de yogis n’en a fait son unique référence doctrinale. Les premiers textes de Haṭha-Yoga semblent même l’ignorer complètement. On le considère davantage comme un exposé conceptuel sur la nature et le fonctionnement du mental que comme un texte pratique. Dans l’histoire des idées en Inde, il devient au contraire rapidement une référence majeure. Dès le Xe siècle, le Yoga-Sûtra est hissé au rang d’école de philosophie classique (darśana). Et tout au long de son histoire il fait l’objet de commentaires réguliers par des lettrés sanskrits, public auquel il semble s’être cantonné des siècles durant.

Interprétations et commentaires

C’est au travers de l’œuvre de Vivekananda (1883-1904), réformateur hindou, et notamment dans son ouvrage intitulé Rajayoga ou conquête de la nature intérieure (1896), qu’il séduit un nouveau public et connaît un succès international. En détachant les aphorismes des commentaires sanskrits auxquels ils étaient toujours associés pour en offrir une lecture personnelle, Vivekananda démocratise le Yoga-Sûtra. Il lui confère également une dimension pratique dont il était dénué jusqu’alors. Cette dimension est davantage explorée au milieu du XXe siècle par le grand yogi Krishnamacharya (1888-1989), l’une des figures les plus marquantes du yoga postural moderne à qui on doit l’articulation de ce dernier avec le Yoga-Sûtra.

Les plus célèbres élèves de Krishnamacharya accentuent encore la renommée de ce texte en le commentant à leur tour, partiellement ou totalement. Aujourd’hui, le Yoga-Sûtra est célèbre pour ses niyama et yama parfois présentés comme des normes éthiques. Y adhérer constituerait la preuve d’un engagement profond et transformateur dans la voie du yoga. D’autres aphorismes sont régulièrement évoqués dans certains cours : pour définir le yoga (« l’arrêt des fluctuations du mental », I.2), pour justifier la qualité recherchée de la posture (« stable et confortable », II.46), pour énoncer des qualités humaines à développer (la « non-violence », la « véracité » ou le « contentement », II.30-32), ou encore pour offrir une vision optimiste de l’existence (« la souffrance non encore venue peut être évitée », II.16).

Article complet à retrouver dans votre Yoga Journal N°9

Photo © IStock Wingedwolf

Très belle journée, Namaste

Laisser un Commentaire