fbpx

Réveiller son soleil intérieur

La place de l’homme dans le cosmos. C’est le vaste sujet abordé à Paris au théâtre La Comédia (Paris 10ème) le week-end dernier. 300 personnes étaient présentes pour méditer autour de l’enseignement du sage indien Sri Tathâta. Un enseignement issu d’une connaissance intemporelle : les Védas.

Vendredi soir,  ce sont les chants dévotionnels, en sanskrit, les bhajans, menés avec ferveur, qui ont marqué le début du programme qui a duré jusqu’au lendemain soir. Assis en un lotus parfait sous les rideaux couleur pourpre de la scène, le traducteur habituel de Sri Tathâta, Satyavrata, prend la parole.

Réveiller le feu en soi

 « Regardez le soleil qui se lève chaque matin. De même, chaque être humain possède en lui ce soleil, le soleil de l’âme » explique-t-il. Le soleil, qui donne son énergie à tous les éléments de la matière, est au cœur des Védas. Cette connaissance plusieurs fois millénaire  fut révélée sous forme de visions aux sages indiens nommés « rishis ». Le soleil y est vénéré sous le nom d’Agni qui signifie le feu. Il est à l’image du divin, révélant que ce même soleil brille à l’intérieur de chacun. « Quand il y a des nuages dans le ciel, on ne peut pas voir le soleil. Ces nuages sont les désirs, les soifs et les pensées. Ce sont aussi les samskaras (empreintes) hérités de vies passées et de la société. Ces nuages, les uns à la suite des autres, masquent le soleil intérieur » poursuit Satyavrata et ajoute : « C’est la vraie solution, libérer ce soleil pour manifester la vie à travers la lumière de l’âme ». Comment faire ? En prenant conscience de l’aspiration qui réside au plus profond de soi. De ce feu qui attend d’être réveillé.

Renaître à son énergie spirituelle

C’est une invitation à un questionnement sincère sur le vrai but de l’existence qui est adressée au public.  D’après la tradition des Védas, l’existence de l’homme ne saurait se limiter à sa dimension physique. C’est pourquoi, pour le système védique, l’homme connaît trois naissances. Si la première réside bien dans la naissance terrestre, la seconde vient par l’initiation à la grande connaissance, appelée en sanskrit, Vidya ou « deux fois nés ».Enfin, la troisième naissance est celle de l’accomplissement divin. Dans cette perspective, Sri Tathâta offre trois initiations sous les noms de Dharma Snana,  Agni Snana et Amrita Snana. La première, est une purification du mental, du corps énergétique et du corps physique. Agni Snana correspond à l’éveil de la véritable énergie spirituelle, l’émergence de la conscience.  Enfin,  « Amrita Snana » amène à l’accomplissement complet de la vie.

Trouver sa vérité intérieure 

Aider l’humanité à évoluer vers une nouvelle conscience est la mission que s’est fixée Sri Tathata. Il ravive la voie du dharma, la voie du milieu selon les grands principes de la nature. L’évolution humaine n’est pas achevée. Elle a un but. Le but de l’évolution humaine est la connexion parfaite entre le soi et le divin. « La perfection s’obtient uniquement par la liberté de l’âme », explique son traducteur, qui précise : «C’est en vivant selon la vérité en soi-même, que l’on devient libre». Le programme s’est achevé par un  darshan, une bénédiction, devant la lampe sacrée contenant le feu, agni.

Pour ceux ou celles qui souhaiteraient en connaître davantage, Sri Tathâta sera en Europe en 2016, entre fins avril et mi-juin. Grand yogi du Kerala, il transmet le dharma et la tradition védique. En raison de son état de santé, il n’a pu être présent lors de ce programme parisien, mais les participants ont pu profiter de son enseignement par visioconférence depuis son ashram au Kerala, dans le sud-ouest de l’Inde.  Et la présence spirituelle de cet immense yogi était bien là.

Plus d’infos : www.dharmasudha.org

http://www.capyoga.com/

Céline Chadelat : Journaliste, et fondatrice de CapYoga, plateforme dédiée à la pratique et la philosophie du yoga.

Laisser un Commentaire