fbpx

Travailler à se reposer

Quand la fatigue s’empare de nous et influe sur nos humeurs, il est temps d’agir. Au programme pour se relâcher et se recharger vraiment : yoga restoratif, technique de relaxation et astuces alimentaires. PAR CÉCILE DOHERTY-BIGARA

 

Imaginez ça : je suis au Mexique pour présenter mon bébé de trois mois à mes parents. Le ciel est bleu, j’ai une corbeille de mangues sur la table et un hamac dans mon jardin pour prendre le soleil et me laisser tenter par l’occasionnelle siesta. Mais après la chaleur, l’orage. Je me réveille grognon après une nuit agitée, ma mère est de mauvaise humeur, on dit des mots qu’on regrette – il y a de l’électricité dans l’air. C’est la grosse dispute. Je confronte ma mère pour comprendre ce qui s’est passé et elle fond en larmes en me disant qu’elle est épuisée. Alors quand je raconte l’histoire à mon copain, je suis surprise de m’entendre dire : “Bref, si je devais le résumer en une phrase, ma mère est fatiguée.” Et ça m’arrête net. Punaise. On était juste fatiguées ! Alors que j’étais persuadée qu’on avait un gros problème à résoudre.

Surprise par cette révélation – que la fatigue nous fait voir tout en noir –, je pense à toutes les personnes que je connais. A ma sœur qui est une accro du travail et qui se rend à son bureau même les week-ends. A ma belle-mère qui a une insomnie tous les soirs entre 2 heures et 4 heures du matin, parce que le mental s’emballe et qu’elle pense à toutes les choses qui pourraient mal tourner ! A ma copine Ilia qui met des heures avant de réussir à trouver le sommeil. Et à tous ceux qui sont réveillés par leur enfant ou par le stress… Nous sommes tous fatigués.

 

Les chercheurs de repos

J’ai commencé à voir la fatigue différemment depuis que j’ai un bébé. On apprend qu’«un bébé énervé est un bébé fatigué ». Mais après cette dispute avec ma mère, je suis sûre qu’un adulte énervé est un adulte fatigué aussi ! Et quand je berce mon enfant pour l’aider à trouver le sommeil en expliquant aux autres que – lui – ne sait pas encore le faire tout seul, je me fais doucement rire. L’homéopathie sur ma table de nuit et les nuits à tourner dans mon lit, sont là pour prouver que je suis encore un bébé qui ne sait pas non plus s’endormir tout seul.

Une fois par mois, je donne un cours de yoga restoratif à mes élèves, la version la plus reposante des styles de yoga qui existent, et c’est – toujours – leur cours préféré. Ça résonne en vous ? Est-ce que vous savez vous relaxer ? Arrêter votre cerveau pendant quelques minutes ? La réalité c’est que la plupart d’entre nous sommes incapables de nous relâcher. Même quand nous prenons du temps pour le faire. Il y a une différence entre le vrai repos et le “repos agité”. En ce qui me concerne, je fais du repos agité. Je remplis mon temps libre de tâches ménagères ou de petites courses à faire. Quant à mes week- ends, ils sont utiles mais pas du tout récupérateurs : j’organise mes affaires, je trie les dossiers de mon ordinateur, je lance des lessives, je cuisine, je range, je fais une grosse to-do-list, un planning de la semaine et des sous-catégories de to-do-list pour ne rien oublier. Epuisant, non ?

 

 

Sentir la fatigue et les tensions pour mieux les éliminer

Le véritable repos renforce notre système immunitaire et augmente notre joie et notre créativité. Il est calme, régénérateur et pas productif. Il nous aide à contrebalancer les périodes plus intenses de notre vie. Le repos agité, lui, nous fait croire qu’on se relaxe mais en fait, c’est de l’activité en cachette. Pourquoi est-ce qu’on a du mal à s’arrêter ? Parfois, c’est lié à une cause émotionnelle. On reste en mouvement pour ne pas avoir à sentir nos émotions. Mais cumuler des émotions non digérées est la meilleure façon de préparer son burn-out. Alors voici quelques conseils, issus de ma pratique de yoga et de la médecine ayurvédique, pour vous aider à récupérer.

On remonte inconsciemment nos épaules vers nos oreilles toute la journée. C’est ce qu’on appelle une « poche secrète » de tension (il y a aussi la mâchoire crispée et les poings serrés). Relâchez les épaules. Essayez maintenant. Ah. L’énergie circule à nouveau dans le haut du dos et à l’arrière du cœur. De plus, une grande partie de la sensation de fatigue vient du fait qu’on la combat. Quand on arrête de combattre la sensation d’être épuisé, on se recharge. Voici comment faire pour sentir la fatigue et l’évacuer. Allongez- vous. Imaginez-vous écouter une chanson, l’esprit capable de se focaliser sur un seul instrument, la guitare par exemple. Maintenant, utilisez cette même capacité pour vous focaliser uniquement sur la sensation de gravité et augmentez le volume de cette sensation. Vous devenez super lourd, sentez les parties du corps qui sont encore légères, comme des bulles d’eau gazeuse qui remontent et rendez-les lourdes elles aussi. Une fois que tout est saturé de lourdeur, que vous vous sentez très fatigué, restez là et respirez. J’utilise cette technique à chaque fois que j’allaite pour me recharger (et en plus, ça endort mon bébé !).

 

Le conseil ayurvédique

D’après l’ayurvéda, la saison la plus épuisante de l’année est l’été. On pense plutôt à l’hiver qui n’en finit pas quand on parle de baisse d’énergie. Mais c’est bien la chaleur qui nous fatigue le plus. Cet été, mangez plus d’aliments qui rafraîchissent le corps : pastèque, concombre, menthe, coriandre (attention au sel qui réchauffe le corps)… Votre dicton : matinées chargées et après-midi détendus. Gardez à l’esprit que les trois émotions qu’on ressent davantage quand on a accumulé un excès de chaleur sont la colère, la jalousie et la frustration. Enfin, utilisez de préférence de l’huile de coco, qui apaise le corps et l’esprit. Et souvenez-vous : la vie n’est pas aussi sérieuse que votre esprit la laisse paraître. Souriez ! Respirez. Toutes les choses se passent comme elles doivent se passer…

 

Retrouvez la rubrique de Cécile Doherty-Bigara dans chacun des numéros Yoga Journal France disponibles sur Boutique Yogi.

© Toutes copies et reproductions interdites, contenu édité et publié par YJ France Media.

1 commentaire

  • muriel
    6 février 2019
    reply

    Namaste

Laisser un Commentaire