fbpx
Compassion - Yoga Journal France

Une compassion active – 2ème partie

Auteur : Par Marjorie Korn

EN ACTION

Dédier sa pratique et ouvrir son cœur

Kelly est professeure de yoga et codirectrice du Centre pour la recherche et l’éducation sur la compassion et l’altruisme au sein de la Faculté de médecine de Stanford, en Californie. Elle inclut souvent des salutations au Soleil dans ses cours de yoga et propose à ses élèves de dédier leur pratique à différentes personnes. « Quand on accroît la prise de conscience des sensations physiques autour du cœur, on s’ouvre à davantage de compassion », explique-t-elle. « Et quand vous êtes lié à un dessein plus grand que vous, vous créez un état positif qui renforce l’espoir et le courage. » Voici ses conseils pour démarrer :

Salutation au Soleil – 1ère série Une expression de gratitude. En tadâsana (posture de la montagne), remerciez quelqu’un : « Je suis reconnaissante envers mon conjoint pour son soutien et son amour ».

Salutation au Soleil – 2e série Dédiez cette série à quelqu’un qui traverse des difficultés, qui est inquiet ou perdu, et envoyez-lui votre soutien : « Que cette pratique contribue d’une manière ou d’une autre à son bonheur et à apaiser sa souffrance ».

Salutation au Soleil – 3e série Visualisez quelqu’un de votre entourage avec qui vous vous sentez en conflit ou en difficulté, et envisagez cette série comme une offrande de pardon, envers cette personne et envers vous-même, qui vous libèrera : « En période de stress, je me souviendrai que ma fille dit parfois des choses qu’elle ne pense pas » ou « Même si mon patron me parle d’un ton sec, je reconnais qu’il peut avoir des soucis dans sa vie que j’ignore ».

Salutation au Soleil – 4e série Faites une place dans votre cœur pour un inconnu ou une personne que vous connaissez peu, tel le serveur qui vous prépare le café le matin ou le facteur. Reconnaissez que, comme vous, cette personne aimerait être heureuse et rencontre pourtant des difficultés, et exprimez votre compassion : « Qu’il connaisse la joie ».

Salutation au Soleil – 5e série Identifiez un aspect de votre vie qui vous cause des difficultés et de la douleur. Prenez un moment pour admettre cette situation et acceptez-la comme une opportunité de ressentir votre propre force et votre courage : « Que cette pratique renforce ma capacité à me révéler au monde avec courage et bienveillance ».

Compassion envers vos proches

Lorsqu’une personne proche souffre, par exemple si un membre de la famille part à l’hôpital ou un ami perd son travail, une tendance surgit naturellement, celle de vouloir partager cette tristesse dans l’espoir de la soulager. Mais partager la douleur de quelqu’un n’est pas une mince affaire, surtout si l’on est soi-même dans une mauvaise passe. De plus, cela est inutile. La compassion ne consiste pas à absorber la souffrance d’autrui ou à remédier à la situation. La compassion, c’est savoir être présent. Au lieu de s’empresser de proposer à la personne une liste de choses à faire, serrons-la simplement dans nos bras.

Parfois, vous êtes au cœur du conflit ou de la situation douloureuse. Prenez l’exemple d’une conversation téléphonique avec votre mère qui tourne à la dispute et au cours de laquelle vous dites des choses que vous ne pensiez pas. « Quand la situation s’est calmée, revenez sur ce qui s’est passé et imaginez ce qu’aurait pu être une réaction plus compatissante », propose Thupten Jinpa. Lors du prochain appel, avant de faire le numéro, réfléchissez à la tournure que doit prendre l’échange en l’envisageant comme une opportunité de consolider votre relation.

Parler à des proches en souffrance de manière attentionnée et constructive génère également des bienfaits physiques. Par exemple, on constate un ralentissement du rythme cardiaque et de la respiration, preuve que le système parasympathique est activé. « Cela vous met dans un état physiologique centré et ancré, un état propice aux prises de décision », explique Kelly McGonigal. Dans une attitude de compassion, vos réactions sont plus mesurées et maîtrisées. Par exemple, si un membre de votre famille vous provoque pendant un repas de fêtes, vous ne réagirez pas par des mots blessants mais de manière réfléchie, le meilleur moyen pour apaiser la situation.

Dossier complet à retrouver dans votre Yoga Journal N°6

Très belle journée, Namasté

Photo : Istock

Laisser un Commentaire