fbpx

UTTANÂSANA 3ème degré

Par Boris Tatzky

Modèle photo : Katy Misson

Photographe : Julien Gaidet

Sur des postures de la conception de Boris Tatzky

Dans les textes qui font autorité, telle la Hatha-Yoga-Pradipika, le Hatha-Yoga est présenté comme une discipline spirituelle qui offre les moyens de réaliser l’éveil à la conscience illimitée de l’Être.

Cette réalisation passe par la mise en équilibre puis le dépassement de toutes les polarités énergétiques qui nous composent. Les pratiques posturales, liées au contrôle du souffle, forment le premier élément de ces pratiques, dont l’aboutissement sera l’exercice de la méditation.

Chaque posture est une aventure de la conscience qui approfondit la connaissance du corps, protège la vitalité, développe la concentration et rétablit l’équilibre entre souplesse et tonicité. De plus, chaque âsana agit en profondeur sur la circulation de Prâna, l’Énergie vitale.

C’est bien sûr le cas de la posture que nous étudions ce mois-ci : UTTANÂSANA. Nous vous la présentons dans une version traditionnelle illustrée par trois degrés progressifs de réalisation, permettant à chacun, selon ses aptitudes, de s’ajuster dans cette posture. Chaque degré postural est accompagné d’un contrôle spécifique de la respiration, d’une concentration dans un « Chakra » (centre de l’énergie vitale) et d’une méditation caractéristique. Attention, Il s’agit pour chacun d’effectuer l’âsana le plus ajusté à ses possibilités dans l’instant présent. La pratique devient ainsi une école de discernement et de connaissance de soi.

ÉTYMOLOGIE : Uttanâsana, la posture de l’étirement intense.

RÉFÉRENCE AUX TEXTES: Cette posture est mentionnée dans la nomenclature  du guide des postures établi par le grand yogi T.Krisnamacharya de Madras, célèbre maître de T.K.V. Desikachar, de B.K.S. Iyengar et de T.K. Sribashyam.

LA TECHNIQUE.

Le troisième degré : S’ÉVEILLER.

Dans la continuité de la réalisation du second degré, tendre complètement les jambes et tirer le bassin en arrière pour maintenir le poids du corps sur les talons. Placer les mains enlacées dans le dos et tendre les bras en les relevant vers le ciel, effectuant un mouvement de levier pour descendre davantage le buste vers les jambes. Presser le front vers les tibias et remonter les épaules vers les hanches pour conserver la nuque allongée. Le ventre doit rester appuyé sur le haut des cuisses. Ne jamais forcer et ne pas hésiter à revenir dans un degré précédent pour éviter les tensions excessives. La respiration sera contrôlée avec un trajet mental favorisant la circulation de l’énergie vers le cerveau, stimulant ainsi un éveil intérieur. Les effets ainsi obtenus sont analogues à ceux des postures inversées. À chaque inspiration, remonter mentalement à l’intérieur des jambes, depuis les talons  jusqu’au nombril (Manipûra Chakra). En suspension respiratoire, placer le Mûla-Bandha, (la fixation de la racine) en resserrant les sphincters autour du périnée. Expirer en conservant ce Mûla-Bandha et en remontant dans le milieu du dos jusqu’au sommet de la tête. Pendant l’arrêt, après l’expiration, relâcher le bandha et revenir mentalement au niveau des talons. Rester huit à dix respirations si la posture reste confortable. Pour quitter la posture, plier les genoux, ramener les bras vers les pieds et se placer accroupi quelques instants.

Laisser un Commentaire