fbpx

Yoga Santé : l’articulation sacro-iliaque

Par Judith Hanson Lasater

Les postures de torsion peuvent causer des blessures à l’articulation sacro-iliaque. Il est donc essentiel que vous appreniez à vous ancrer en toute sécurité afin de pouvoir pratiquer des torsions aux effets bénéfiques, sans aucune douleur.

De plus en plus d’adeptes du yoga ressentent des douleurs au niveau ou autour de l’articulation sacro-iliaque. Cette zone située à la base de la colonne vertébrale articule l’os du sacrum avec les deux os iliaques (os du bassin) ; il y a donc en réalité deux articulations sacro-iliaques, la gauche et la droite.

Les femmes représentent 80 % des personnes souffrant de douleurs sacro-iliaques. En effet, en raison des hormones liées aux cycles menstruels, à la grossesse et à la lactation, qui accroissent la laxité ligamentaire, elles sont plus facilement touchées par ces douleurs. De plus, chez elles, seules deux parties du sacrum bougent avec le bassin alors que chez les hommes ce sont trois segments qui s’articulent. Moins il y a de surface en contact avec le bassin, moins la zone est stable. Il faut ajouter à cela que les articulations sacro-iliaques féminines sont par nature plus étroites, réduisant encore les zones de contact entre les os. Quant à la surface des articulations sacro-iliaques, elle est plus plate et moins incurvée chez les femmes que chez les hommes ; elles s’emboîtent donc moins facilement. Enfin, les articulations des hanches des femmes ont tendance à être plus espacées. Ces deux derniers facteurs affectent de manière négative la marche au cours de laquelle les articulations des hanches alternent un mouvement vers l’avant, l’une après l’autre, ce qui crée une torsion au niveau du bassin et des articulations sacro-iliaques. Chez la femme, ce mouvement est important et peut créer une tension dans les ligaments du sacrum.

Bien sûr, les hommes aussi ont des douleurs sacro-iliaques, souvent héritées d’une laxité ligamentaire génétique ou provoquées par une blessure ou un étirement excessif lors des pratiques de yoga. Que vous soyez un homme ou une femme, une blessure aux articulations sacro-iliaques peut avoir un impact considérable sur votre pratique et votre quotidien.

En position debout, le poids du tronc, de la tête et des membres supérieurs se répercute latéralement vers le haut du bassin puis, à travers le bassin, jusque dans les jambes, pour arriver jusqu’aux pieds. Cela donne aux articulations sacro-iliaques un rôle-clé lorsque nous sommes debout car notre poids est ainsi porté par nos os et non nos tissus mous tels que nos ligaments.

Sur le tapis, les torsions sont les premières causes de blessures aux articulations sacro-iliaques. En effet, il est souvent demandé aux élèves de ne pas bouger le bassin pendant les torsions, en particulier les postures assises. On leur dit parfois « d’ancrer » leur bassin dans le sol pendant la torsion et de garder les ischions au même niveau. Or, ancrer cet os peut conduire à un étirement excessif des ligaments reliant le bassin au sacrum. Cet étirement peut se traduire, à terme, par une douleur chronique voire handicapante dans toute la zone sacro-iliaque.

Quand le bassin est ancré au sol au niveau des ischions, par exemple en Marichyâsana III, la torsion doit venir uniquement de la colonne : le sacrum est alors entraîné dans la torsion avec le reste de la colonne tandis que le bassin est retenu et bouge donc dans la direction opposée. Ajoutez à cet effet la pression supplémentaire exercée par le bras – jouant un rôle de levier pour créer la torsion – sur les tissus mous se trouvant autour des articulations sacro-iliaques et le risque d’étirement excessif des ligaments du sacrum – qui maintiennent le bassin et le sacrum ensemble – augmente considérablement.

Progressivement, la douleur peut se manifester. Un dysfonctionnement et une douleur aux articulations sacro-iliaques surviennent quand celles-ci ne sont plus dans leur position neutre et stable.

Dossier complet à retrouver dans Yoga Journal N°10

Très belle journée,

Namaste
Cet article est soumis à copyright et toute copie ou reproduction sur quelques supports que ce soit formellement interdit.

Laisser un Commentaire